Aux adhérent-e-s et soutiens de R.E.S.P.I.R.E.

B.Respire

Aux adhérent-e-s et soutiens de R.E.S.P.I.R.E.

Voici quelques informations sur les derniers faits marquants de notre lutte pour le recul des cuves d’hydrocarbures PICOTY.

En juin le conseil de surveillance du port de commerce a voté à l’unanimité une reconduction pour 30 ans de l’Autorisation Temporaire d’Occupation (AOT) du Domaine Public Maritime (DPM) pour l’entreprise PICOTY (soit dit en passant l’AOT pour SDLP renouvelée l’année dernière est limitée à 20 ans. Pourquoi une telle différence de traitement ?). 5 cuves situées sur le DPM, n’auront cependant qu’une durée de reconduction de 8 ans. Passé ce délai le pétrolier ne devra plus les utiliser pour du stockage d’hydrocarbures, mais continuera malgré tout d’en avoir l’usage pour un stockage de produits non dangereux (jus d’orange ou engrais liquides, dixit le maire de La Rochelle !!!).

Mi-septembre nous avons rencontré Jean-François Fountaine qui se satisfait d’avoir obtenu 8 ans pour les 5 cuves situées au plus près des maisons lors du vote du conseil de surveillance du Port alors que PICOTY demandait 10 ans… Les promesses électorales semblent bien loin et les tracts lors de la campagne des départementales préconisant un recul des cuves à 5 ans sont de purs mensonges.

La possibilité de construction d’une zone tampon arborée sur le domaine public tombe aux oubliettes.

Les intérêts privés ont une fois de plus prévalu sur l’intérêt général, cela porte atteinte à la démocratie. La préconisation faite par l’INERIS de suppression de 7 cuves les plus proches des maisons pour supprimer toute zone de délaissement (et donc de réduire par la même le nombre des 500 maisons impactées par le PPRT) est passée à la trappe. L’Etat se contrefout de son obligation d’assurer la sureté des populations. La sécurité des populations n’est pas le souci principal des membres du conseil de surveillance et du directeur du port : le commerce (du tonnage, encore du tonnage !) prime sur tout !

Vendredi 25 sept une délégation de RESPIRE s’est rendue à une réunion au Grand Port Maritime (GPM) pour s’entendre dire par le directeur qu’il appliquerait le vote du conseil de surveillance. Ce technocrate pur jus, qui nous avait déjà refusé l’accès à la convention liant le port à Picoty, argue que le PPRT est exemplaire au niveau national d’un point de vue environnemental (quel jury a-t-il décidé de cela ? Celui des fonctionnaires de la préfecture et du port peut-être ?).

Fin diplomate ce monsieur s’est permis en plus de mettre en doute la représentativité de R.E.S.P.IR.E. Outrée la délégation a quitté la réunion.

Le bureau publiera lundi une lettre ouverte à tout ce beau monde.

Le monde tourne à l’envers…

Voilà maintenant cinq ans que nous menons le combat, dans un contexte pour le moins écœurant, pour que soit pris en compte une réelle protection des riverains. Nos interventions ont permis de mettre au grand jour un sujet marqué par l’injustice et le mépris des populations, elles ont aussi permis une large information et une large solidarité. Continuons ensemble ce combat.

Le bureau de RESPIRE – La Rochelle 1er octobre 2015

 

pdfAux adhérents de RESPIRE

 

Soyez les bienvenus, et nous sommes à votre écoute _ Rassemblement d’ Eco-citoyens pour Sensibiliser Protéger et Inciter au Respect de leur Environnement _

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.