Agrocarburants

Tom Greenwood / Oxfam

Les agrocarburants (aussi appelés, de manière quelque peu trompeuse pour le grand public, « biocarburants ») sont des carburants produits à partir de matières premières agricoles.
Il s’agit soit d’agrodiesels issus d’oléagineux (palme, soja, tournesol, colza, jatropha…) soit d’éthanols à base de céréales (maïs, blé…), de betterave ou de canne de sucre. Les premiers sont incorporés dans le diesel tandis que les seconds sont mélangés à l’essence.

Depuis 2009, l’Union européenne a fixé un objectif contraignant à l’ensemble de ses Etats membres : d’ici à 2020, 20% de l’énergie consommée en Europe devra provenir de sources renouvelables. Oxfam soutient cet objectif ambitieux qui permet de lutter contre le changement climatique.
Dans le secteur des transports, 10% de l’énergie doit provenir de sources renouvelable d’ici à 2020. Mais dans les faits, cela se traduit à 90% par l’incorporation d’agrocarburants dans les carburants traditionnels, et c’est là que la politique européenne de « promotion des énergies renouvelables » pose problème.

En plus d’être nocif sur le plan environnemental, le soutien aux agrocarburants a un impact extrêmement négatif sur le droit à l’alimentation.

https://oxfamfrance.org/nos-actions/droit-lalimentation/agrocarburants

Une réflexion sur « Agrocarburants »

  1. Agrocarburants ! en changeant les mots, on a moins peur mais cela ne change rien en ce qui concerne la dégradation de l’ environnement !
    Dans le nord Isère, notre cimentier Vicat est devenu une unité de valorisation énergétique qui incinère des déchets industriels dangereux appelés pudiquement combustibles secondaires, ( venant de toute la France, mais également des pays étrangers … )
    D’ après les responsables, cela permettrait d’ économiser les énergies fossiles ! je ne suis qu’une femme, mais je ne vois pas ou se trouve l’ économie de carburants car ces déchets arrivent tous par transports routiers …
    Depuis l’ autorisation accordée à Vicat en 2006 d’ incinérer 240 000 tonnes/ de déchets industriels dangereux, RESPIRER nuit gravement à la santé dans notre canton, vu que les normes de rejets de cheminées sont obsolètes …
    D’ ailleurs, Vicat a payé 479 160 euros 55 de T.G.A.P. pour l’ année 2016 d’ après le directeur régional Vicat …
    Même si Isère magazine signale dans son mensuel qu’on vit très bien avec un cancer, ( sur, on adore notre chimio ) on survit assez mal, vous vous en doutez …
    Et, comme d’ après les élus locaux, la population serait habituée à respirer de la m…., elle devrait accepter un complément de pollution avec un site CHIMIREC, tri-transit-stockage et pré-traitement de 30 000 tonnes/an de déchets industriels dangereux, doublement dans 5 ans …
    Cette installation classée s’ implantera à 440 m de Vicat, mais à 220 m seulement des habitations de Bouvesse Quirieu, écoles, etc, etc …
    Vous pouvez suivre la seule association qui lutte contre l’ autorisation d’ exploiter accordée à CHIMIREC sur la foi d’ informations faussées données par les élus locaux sur http://www.sansnaturepasdefutur.fr merci de votre attention.

Soyez les bienvenus, et nous sommes à votre écoute _ Rassemblement d’ Eco-citoyens pour Sensibiliser Protéger et Inciter au Respect de leur Environnement _

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.