Archives de catégorie : Seveso

INSPIRA la zone industrialo-portuaire de Salaise – Sablons : la démocratie bafouée

L’agglomération du pays roussillonnais est fortement industrialisée (chimie, nucléaire) et traversée par l’autoroute A7 et la nationale 7. Faut-il rajouter davantage de camions et de sites SEVESO ?

INSPIRA ou comment l’état se moque de l’avis de l’enquête d’utilité publique et de la santé des riverains.

Depuis quelques années, la région Rhône-Alpes, le département de l’Isère et la communauté de commune du pays roussillonnais ont programmé la réalisation d’une zone industrialo-portuaire au bord du canal du Rhône sur les communes de Salaise/Sanne et Sablons.

Ce projet était au départ présenté comme très respectueux de l’environnement (transport de marchandise tri-modal et chimie verte).

Le projet soumis à enquête d’utilité publique en 2018 était très loin de la charte d’origine. Il prévoyait en effet le report du transport fluvial, l’installation d’entreprises « seveso », une augmentation considérable du nombre de camions sur les routes desservant la zone, une consommation d’eau supérieure à celle que peut fournir la nappe phréatique…

L’enquête s’est conclue par un avis négatif des trois commissaires qui l’avait en charge. Cet avis négatif était motivé par le fait que le territoire est déjà soumis à de grosses sources de pollution ( plate forme chimique de Roussillon, Route Nationale 7, Autoroute A7 et pollution urbaine d’une agglomération de 20 000 habitant).

Au lieu de revoir le projet pour rapprocher de la charte d’origine, le préfet a déclaré la zone INSPIRA d’utilité publique. Le commissaire responsable de l’enquête a été radié car jugé trop pointilleux.

Nous, citoyens préoccupés par notre santé et la dégradation de notre cadre de vie demandons que ce projet soit revu pour qu’il devienne respectueux de l’environnement et des habitants des alentours. On peut tout à fait créer des emplois tout en respectant l’environnement et notre santé. Nous demandons également la réintégration du commissaire injustement radié.

Il est paradoxal qu’au moment où un grand débat est organisé dans le pays, l’avis de la population et des experts soient foulé au pied.

Le Club est l’espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n’engagent pas la rédaction.

Huit blessés dans l’explosion d’une raffinerie en Allemagne

Huit blessés dans l’explosion d’une raffinerie en Allemagne

Au moins 1 800 personnes ont été temporairement évacuées après une explosion survenue sur un site de Bayernoil, près d’Ingolstadt, en Bavière

LE MONDE | 01.09.2018 à 09h25 • Mis à jour le 01.09.2018 à 13h04 Abonnez vous à partir de 1 € Réagir Ajouter

Partager Tweeter

Une explosion a provoqué un spectaculaire incendie dans la raffinerie Bayernoil, près de la ville d’Ingolstadt, dans le sud de l’Allemagne.

Un incendie s’est déclaré samedi 1er septembre au matin à la suite d’une explosion dans une raffinerie du sud de l’Allemagne, près d’Ingolstadt. Au moins huit personnes ont été blessées, dont trois hospitalisées, et 1 800 habitants évacués, selon la police locale. L’explosion s’est produite dans un secteur de production de gaz et d’essence liquides de ce site de la compagnie Bayernoil, situé le long du Danube en Bavière, peu avant 5 h 30.

Selon la chaîne de radio-télévision publique locale Bayerischer Rundfunk, « l’onde de choc a été ressentie à plusieurs kilomètres » lors de l’explosion. Des images circulant sur les réseaux sociaux montrent d’importantes flammes s’élever au-dessus de la raffinerie aux premières lueurs du jour.

https://www.lemonde.fr/europe/article/2018/09/01/huit-blesses-dans-l-explosion-d-une-raffinerie-en-allemagne_5348894_3214.html

La future loi travail va-t-elle aggraver le risque de catastrophes industrielles majeures ?

La future loi travail va-t-elle aggraver le risque de catastrophes industrielles majeures ?

« Un accident comme celui d’AZF est toujours possible », rappellent ceux qui travaillent au sein de sites industriels classés « Seveso », considérés comme très dangereux pour les salariés et l’environnement en cas d’accidents. La pression de la rentabilité, la perte des savoir-faire, le recours à la sous-traitance massive font peser une menace sur la sécurité de tous. Peu, voire pas formés, les salariés sous-traitants accomplissent les tâches les plus difficiles et les plus dangereuses, mettant leur santé en péril et risquant les accidents les plus graves. Cette sous-traitance permet cependant aux grandes entreprises de se défausser de leurs responsabilités. La situation ne va pas s’améliorer avec la future loi travail qui prévoit la fin des instances spécialisées en matière de santé et de sécurité et une restriction du « droit d’alerte » des salariés. Décryptage.

Lire la suite (Bastamag _Nolwenn Weiler)

 

COMMISSION DE SUIVI DE SITE

COMMISSION DE SUIVI DE SITE SDLP/PICOTY

Questions / réponses

La CSS s’est tenue le jeudi 23 mars de 10h à 13h en préfecture. L’ordre du jour comportait les points suivants : Présentation du bilan 2016 de l’inspection des installations classée ; Bilan 2016 des exploitants Picoty / Sdlp ; Point plan de prévention des risques technologiques (PPRT) ; Point pollution accidentelle du 31 janvier sur le site Picoty. Le résumé qui suit rend compte des réponses apportées aux questions (préparées en réunion de bureau) de R.E.S.P.I.R.E. Pour tout supplément d’information ou éclaircissement, merci de nous contacter…

A noter que la  DREAL a évacué les questions de sûreté de son bilan 2016. Ce qui a valu la protestation suivante de RESPIRE : « La sûreté concerne en premier lieu les riverains des sites. Cette occultation, au prétexte de l’état d’urgence, ne devrait pas avoir lieu au sein de la CSS. Elle contrevient aux recommandations de SEVESO 3 sur la nécessité d’information des populations. En cas de détails sensibles les présents sont tout à fait capables d’observer un droit de réserve. » Continuer la lecture de COMMISSION DE SUIVI DE SITE

Fuite d’hydrocarbures à La Rochelle : où en est-on ?

Fuite d’hydrocarbures à La Rochelle : où en est-on ?

 

Une pollution des sols aux hydrocarbures a été détectée le 30 janvier par la société Picoty, implantée dans le quartier de la Pallice. Le point

Lundi 30 janvier, une pollution des sols aux hydrocarbures était détectée par la société Picoty (dépôt pétrolier), dans le quartier de la Pallice, à La Rochelle. L’information avait été rendue publique la semaine suivante, le 7 février précisément. Qu’en est-il trois semaines après la découverte de cette fuite de carburant ? « Sud Ouest » fait le point.

De combien de litres d’essence parle-t-on ?

Il s’agit d’une infiltration dans les sols de 250 000 litres d’essence (250 mètres cubes de sans-plomb 95), soit l’équivalent du contenu de plus de sept gros camions citernes.

Lire la suite(Sud-Ouest)