Archives par mot-clé : Danger

COMMUNIQUÉ DE L’ASSOCIATION R.E.S.P.I.R.E.

N’en jetez plus la coupe est pleine !

BIENTÔT UN STOCKAGE DE GAZ SUR LE SITE AGRO INDUSTRIALO PORTUAIRE DE LA PALLICE ?

Il y a peu R.E.S.P.I.R.E. a été informée par la ville de La Rochelle d’un projet, semble-t-il déjà bien avancé, de distribution de gaz naturel pour l’alimentation des véhicules équipés. Le gaz comprimé sera issu du réseau gaz puis passera dans un compresseur pour un passage de 2 bars à 250 bars. Il sera stocké dans une cuve de 85 mᶾ. Parmi les utilisateurs potentiels : la RTCR, les transporteurs routiers et la Poste.

Le négociant en pétrole Picoty est à la manœuvre. Il a d’ores et déjà pris contact avec la Chambre de Commerce et d’Industrie pour l’implantation de cette station sur un terrain lui appartenant à l’angle de l’avenue de la Repentie et de la départementale qui conduit à l’ Houmeau, tout près du site Seveso Seuil haut SISP/ENVIROCAT. Compte tenu des volumes de gaz, l’activité est soumise à déclaration (demande transmise à la DREAL).

Rappelons qu’il y a déjà 6 sites classés Seveso sur les quartiers ouest de La Rochelle. Boréalis – ammonitrate cf AZF -, Picoty, SDLP, SISP/ENVIROCAT, SDLP Fief de La Repentie, Poitou Charentes Engrais –ammonitrate –, sur Laleu/La Pallice et l’usine Solvay sur PortNeuf. Jusqu’ où ira cette folie ?

Une délégation de R.E.S.P.I.R.E., invitée à une première réunion d’information le 13 décembre, a lu la déclaration suivante puis a quitté la réunion présidée par l’élue municipale Brigitte Desveaux (EELV) qui s’est défendue sur Facebook en déclarant «Ils’agit d’un projet. Permis non déposé, localisation évoquée, terrain non acheté…»Visiblement nous n’avons pas les mêmes informations…

«Le bureau de l’association R.E.S.P.I.R.E. s’est réuni pour débattre de l’annonce de l’implantation d’une station de distribution de gaz naturel véhicule sur La Pallice et de la réunion de présentation.

L’ ensemble des membres du bureau tient à exprimer ici son profond désaccord avec cette implantation, à la fois sur la forme et le fond.

Pour la forme : nous sommes invités à la présentation d’un projet déjà acté. Ce simulacre de démocratie nous révolte. Une fois de plus, la consultation en amont de ce projet (aussi bien des associations que des habitants) n’est pas à l’ordre du jour, même s’il s’agit d’un projet qui risque d’impacter la sécurité et la qualité de vie des habitants du quartier.

Pour le fond : Nous n’avons rien à proprement parler contre la station  GNV elle-même. C’est son implantation dans ce quartier précisément qui nous semble intolérable !En effet, comment peut-on oser ajouter une ICPE dangereuse et probablement destinée à croître, dans un quartier qui comporte déjà trop de sites classés SEVESO seuil haut ? Concentrer des sites dangereux les uns à côté des autres n’est pas acceptable et risque de conduire à un effet domino en cas d’accident.

Mais une fois encore, avec la complicité d’une municipalité dont nous attendions autre chose, les considérations d’ordre économique ont balayé les conditions de vie et de sécurité dans notre quartier.

A partir de ces constatations, notre présence à cette réunion nous semble totalement déplacée, voire nuisible, car elle pourrait donner aux habitants de La Pallice l’impression que nous avions cautionné ce projet. »

A Lacq, les rejets toxiques de Sanofi dépassaient de 190 000 fois le seuil autorisé

VIDEO. A Lacq, les rejets toxiques de Sanofi dépassaient de 190 000 fois le seuil autorisé

Sur le site de Lacq, une usine du laboratoire Sanofi émettait jusqu’à 190 000 fois plus que le maximum autorisé de bromopropane, une substance potentiellement cancérogène et susceptible d’altérer la fécondité. Extrait de « Pièces à conviction » à voir le 3 octobre 2018.

Extrait de « Pièces à conviction » à voir le 3 octobre 2018.

PIECES A CONVICTION / FRANCE 3

Affichage sauvage d’affiches jaunes !


Affichage sauvage d’affiches jaunes portant l’inscription

« Piste d’Enfer-Rochereau« 

dans la nuit du 21 au 22 septembre boulevard Denfert-Rochereau.

L’association R.E.S.P.I.R.E. n’en est pas l’auteure. Il s’agit d’une initiative de riverains du boulevard sans aucun doute le plus dégradé de toute La Rochelle. Sur ce boulevard même en roulant à 25 à 30 à l’heure on est secoué dans tous les sens ! On se croirait sur une piste en effet. Les automobilistes, les conducteurs de bus, les cyclistes, tout le monde se plaint. Et ça fait des années que ça dure, sans que rien ne bouge côté municipalité. Lors d’une réunion de quartier le maire de La Rochelle avait demandé aux présents de choisir entre la réfection de l’avenue Raymond Poincaré ou de l’avenue Denfert-Rochereau.

Faudra-t-il attendre l’an 3000 pour avoir enfin une chaussée normale ?

La Rochelle : le château d’eau défectueux va être détruit, remplacé par un ouvrage souterrain

La Rochelle : le château d’eau défectueux va être détruit, remplacé par un ouvrage souterrain

Le Château d’eau datant de l’Occupation est dangereux. Il va être mis à bas et remplacé par un ouvrage enterré.

Les optimistes considéreront peut-être qu’un petit mal (puisqu’un drame humain n’a heureusement pas eu lieu) permet un grand bien. Ce, en apprenant que le château d’eau défaillant au point d’avoir, début juin, à bout touchant d’une résidence HLM, perdu de lourds blocs de béton, va être mis à bas. Il sera remplacé par un ouvrage enterré. L’emplacement reste à déterminer mais devrait a priori être dans le secteur, au regard de l’alimentation en eau des habitants et de la proximité de stockages d’hydrocarbures, un site Seveso haut.

https://www.sudouest.fr/2018/09/13/un-chateau-d-eau-souterrain-est-annonce-5387163-1390.php

Port Atlantique La Rochelle : un océanographe alerte sur les risques des futurs travaux

Port Atlantique La Rochelle : un océanographe alerte sur les risques des futurs travaux

L’océanographe rétais Pierre Le Gall alerte sur les risques que ferait peser sur le milieu un nouveau déroctage de grande ampleur au port de commerce.

« Je ne suis pas en position d’attaque, je suis un lanceur d’alerte. J’alerte sur quelque chose qui va se produire à 99 % de chances », prévient Pierre Le Gall. Le secrétaire général de l’association Ré nature environnement a récemment adressé un courrier aux maires des dix communes de l’île, mais aussi à l’État et aux professionnels de la mer pour les informer des conséquences qu’auraient, selon lui, les grands projets d’aménagements annoncés en début d’année par le Grand Port maritime de La Rochelle entre 2019 et 2025. En particulier le dragage et le déroctage…

Lire la suite sur Sud-Ouest