Archives par mot-clé : Pollutions des sols

Le Journal: A pleins POUMONS

Cher.es ami.es de R.E.S.P.I.R.E., 

veuillez trouver ci-joint en PDF le numéro 14 de « A pleins poumons ».

Ce nouveau bulletin de 12 pages présente la particularité de s’ouvrir à des articles d’ associations environnementales amies : Mat-Ré, Ré Nature Environnement, Nature Environnement 17 et bien sûr R.E.S.P.I.R.E.

Il a été imprimé à 6000 exemplaires et sera diffusé sur les quartiers Ouest de La Rochelle, les marchés de la ville et les villages côtiers de la Baie de L’Aiguillon.

Nous avons donc besoin de votre aide pour en assurer la diffusion.

Le bureau de R.E.S.P.I.R.E. a pris la décision d’organiser une distribution sur Laleu/La Pallice et Port Neuf le jeudi 3 janvier 2019. Si vous disposez d’une ou deux heures à cette date, vous serez les bienvenu.es pour venir nous aider au 73 Chemin des Chirons longs à 14h30. Vous pouvez également passer prendre des exemplaires et les diffuser au moment qui vous conviendra (même adresse + tél. 05 46 43 66 96

Des distributions se tiendront également au marché de La Pallice les dimanches 6 janvier et 13 janvier rue Montréal (face à la médiathèque) à partir de 10h30 et jusqu’aux environs de midi. N’hésitez pas à nous rejoindre, ce sera l’occasion d’échanger avec la population sur nos problèmes environnementaux.

Enfin, sachez que notre assemblée générale se tiendra le vendredi 18 janvier à partir de 18h30 à la salle des fêtes de La Pallice boulevard Delmas.

Le bureau de R.E.S.P.I.R.E. vous souhaite de bonnes fêtes et une belle et heureuse année 2019 

Fuite d’hydrocarbures à La Rochelle : où en est-on ?

Fuite d’hydrocarbures à La Rochelle : où en est-on ?

 

Une pollution des sols aux hydrocarbures a été détectée le 30 janvier par la société Picoty, implantée dans le quartier de la Pallice. Le point

Lundi 30 janvier, une pollution des sols aux hydrocarbures était détectée par la société Picoty (dépôt pétrolier), dans le quartier de la Pallice, à La Rochelle. L’information avait été rendue publique la semaine suivante, le 7 février précisément. Qu’en est-il trois semaines après la découverte de cette fuite de carburant ? « Sud Ouest » fait le point.

De combien de litres d’essence parle-t-on ?

Il s’agit d’une infiltration dans les sols de 250 000 litres d’essence (250 mètres cubes de sans-plomb 95), soit l’équivalent du contenu de plus de sept gros camions citernes.

Lire la suite(Sud-Ouest)