Archives de catégorie : Actualités

Affichage sauvage d’affiches jaunes !


Affichage sauvage d’affiches jaunes portant l’inscription

« Piste d’Enfer-Rochereau« 

dans la nuit du 21 au 22 septembre boulevard Denfert-Rochereau.

L’association R.E.S.P.I.R.E. n’en est pas l’auteure. Il s’agit d’une initiative de riverains du boulevard sans aucun doute le plus dégradé de toute La Rochelle. Sur ce boulevard même en roulant à 25 à 30 à l’heure on est secoué dans tous les sens ! On se croirait sur une piste en effet. Les automobilistes, les conducteurs de bus, les cyclistes, tout le monde se plaint. Et ça fait des années que ça dure, sans que rien ne bouge côté municipalité. Lors d’une réunion de quartier le maire de La Rochelle avait demandé aux présents de choisir entre la réfection de l’avenue Raymond Poincaré ou de l’avenue Denfert-Rochereau.

Faudra-t-il attendre l’an 3000 pour avoir enfin une chaussée normale ?

Port Atlantique La Rochelle : un océanographe alerte sur les risques des futurs travaux

Port Atlantique La Rochelle : un océanographe alerte sur les risques des futurs travaux

L’océanographe rétais Pierre Le Gall alerte sur les risques que ferait peser sur le milieu un nouveau déroctage de grande ampleur au port de commerce.

« Je ne suis pas en position d’attaque, je suis un lanceur d’alerte. J’alerte sur quelque chose qui va se produire à 99 % de chances », prévient Pierre Le Gall. Le secrétaire général de l’association Ré nature environnement a récemment adressé un courrier aux maires des dix communes de l’île, mais aussi à l’État et aux professionnels de la mer pour les informer des conséquences qu’auraient, selon lui, les grands projets d’aménagements annoncés en début d’année par le Grand Port maritime de La Rochelle entre 2019 et 2025. En particulier le dragage et le déroctage…

Lire la suite sur Sud-Ouest

Pollution de l’air : la campagne nationale de mesure des pesticides démarre


Pollution de l’air : la campagne nationale de mesure des pesticides démarre

La campagne nationale de mesure des résidus de pesticides dans l’air débute. Quatre-vingt substances vont être mesurées pendant un an en 50 points du territoire. L’objectif est de poser les bases d’une surveillance pérenne.
25 15:36:26/06/2018 –
Lire l’actu

© Actu-Environnement

UNE HISTOIRE SANS FIN ?

POLLUTIONS DE L’AIR ET DES EAUX PLUVIALES DU COTE DE CHEF DE BAIE

UNE HISTOIRE SANS FIN ?

 

Suite à une assignation des associations environnementales NE17 et RESPIRE la société INNOV’IA vient d’être condamnée par le tribunal d’instance pour une pollution datant du 19 octobre 2016 (voir communiqué de presse ci-après).

Rebelote en 2017 : un habitant de Port Neuf a contacté la Communauté d’agglomération (CDA) le 27 juillet 2017 suite à de fortes odeurs irritantes dans la zone industrielle de Chef de Baie. La CDA de La Rochelle a fait analyser les eaux pluviales du site INNOV’IA. Ces analyses ont montré des valeurs au-delà des concentrations autorisées.

Le 26 septembre 2017 nouveaux prélèvements par des agents la DREAL alertés par la CDA. Les analyses ont révélé que les eaux pluviales d’INNOV’IA comportaient de l’hydrogène sulfuré non conforme à la réglementation. La DREAL précise dans son rapport que le sulfure d’hydrogène est mortel par inhalation et très toxique pour les organismes aquatiques…

Si on ajoute à cela les particules fines générées par les activités de chargement des céréales, on a un cocktail détonnant pour les sportifs.ves et les baigneurs qui transitent par Chef de Baie.

Il est urgent que INNOV’IA innove en matière de respect de l’environnement. Un recours au pénal, cette fois, est à l’étude.

Raymond Bozier

 Communiqué de presse NE RESPIRE[2064]

REQUIEM pour nos pertuis

REQUIEM pour nos pertuis

par Pierre Le Gall

Une grande partie de l’avenir des Pertuis charentais va se jouer en 2019 et 2020 : ILS VONT MOURIR ! C’est l’analyse établie par un océanographe, spé- cialisé en Biologie et Ecologie littorales, qui a suivi durant plus de 40 ans l’évolution catastrophique de la Baie de Seine jusqu’à un stade proche du cloaque le plus sordide, et qui observe maintenant la même évolution se produire sur les pertuis charentais. Non, ce ne sera pas à cause du réchauffement climatique. Non, ce ne sera pas à cause de la montée des eaux. Non, ce ne sera pas à cause de la sécheresse. Ces deux années là, les pertuis charentais vont discrètement être étouffés par l’invasion sournoise et incontrôllée de plus de 1 000 000 m3 de petites particules fines qui n’arriveront pas à se stabiliser sur les fonds marins et qui durant des années, circuleront en empêchant que l’indispensable « lumière source de vie » ne pénètre dans leurs eaux. Finie la vie des algues de nos estrans, finie la vie de notre plancton, finie la vie de nos coquillages et de nos crustacés, finie la vie de nos poissons et autres animaux marins, finies les baignades dans des eaux claires, finies l’ostréiculture et la mytiliculture charentaises, finie la pêche dans les pertuis, finie la faste période pour le tourisme littoral. Nos enfants ne connaîtront plus toutes les joies offertes par la vie sur les bords d’une mer saine et en bon état. POURQUOI ?

REQUIEM pour nos pertuis