Archives de catĂ©gorie : ActualitĂ©s

Affichage sauvage d’affiches jaunes !


Affichage sauvage d’affiches jaunes portant l’inscription

« Piste d’Enfer-Rochereau« 

dans la nuit du 21 au 22 septembre boulevard Denfert-Rochereau.

L’association R.E.S.P.I.R.E. n’en est pas l’auteure. Il s’agit d’une initiative de riverains du boulevard sans aucun doute le plus dĂ©gradĂ© de toute La Rochelle. Sur ce boulevard mĂȘme en roulant Ă  25 Ă  30 Ă  l’heure on est secouĂ© dans tous les sens ! On se croirait sur une piste en effet. Les automobilistes, les conducteurs de bus, les cyclistes, tout le monde se plaint. Et ça fait des annĂ©es que ça dure, sans que rien ne bouge cĂŽtĂ© municipalitĂ©. Lors d’une rĂ©union de quartier le maire de La Rochelle avait demandĂ© aux prĂ©sents de choisir entre la rĂ©fection de l’avenue Raymond PoincarĂ© ou de l’avenue Denfert-Rochereau.

Faudra-t-il attendre l’an 3000 pour avoir enfin une chaussĂ©e normale ?

Port Atlantique La Rochelle : un océanographe alerte sur les risques des futurs travaux

Port Atlantique La Rochelle : un océanographe alerte sur les risques des futurs travaux

L’ocĂ©anographe rĂ©tais Pierre Le Gall alerte sur les risques que ferait peser sur le milieu un nouveau dĂ©roctage de grande ampleur au port de commerce.

« Je ne suis pas en position d’attaque, je suis un lanceur d’alerte. J’alerte sur quelque chose qui va se produire Ă  99 % de chances », prĂ©vient Pierre Le Gall. Le secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral de l’association RĂ© nature environnement a rĂ©cemment adressĂ© un courrier aux maires des dix communes de l’üle, mais aussi Ă  l’État et aux professionnels de la mer pour les informer des consĂ©quences qu’auraient, selon lui, les grands projets d’amĂ©nagements annoncĂ©s en dĂ©but d’annĂ©e par le Grand Port maritime de La Rochelle entre 2019 et 2025. En particulier le dragage et le dĂ©roctage


Lire la suite sur Sud-Ouest

Pollution de l’air : la campagne nationale de mesure des pesticides dĂ©marre


Pollution de l’air : la campagne nationale de mesure des pesticides dĂ©marre

La campagne nationale de mesure des rĂ©sidus de pesticides dans l’air dĂ©bute. Quatre-vingt substances vont ĂȘtre mesurĂ©es pendant un an en 50 points du territoire. L’objectif est de poser les bases d’une surveillance pĂ©renne.
25 15:36:26/06/2018 –
Lire l’actu

© Actu-Environnement

UNE HISTOIRE SANS FIN ?

POLLUTIONS DE L’AIR ET DES EAUX PLUVIALES DU COTE DE CHEF DE BAIE

UNE HISTOIRE SANS FIN ?

 

Suite Ă  une assignation des associations environnementales NE17 et RESPIRE la sociĂ©tĂ© INNOV’IA vient d’ĂȘtre condamnĂ©e par le tribunal d’instance pour une pollution datant du 19 octobre 2016 (voir communiquĂ© de presse ci-aprĂšs).

Rebelote en 2017 : un habitant de Port Neuf a contactĂ© la CommunautĂ© d’agglomĂ©ration (CDA) le 27 juillet 2017 suite Ă  de fortes odeurs irritantes dans la zone industrielle de Chef de Baie. La CDA de La Rochelle a fait analyser les eaux pluviales du site INNOV’IA. Ces analyses ont montrĂ© des valeurs au-delĂ  des concentrations autorisĂ©es.

Le 26 septembre 2017 nouveaux prĂ©lĂšvements par des agents la DREAL alertĂ©s par la CDA. Les analyses ont rĂ©vĂ©lĂ© que les eaux pluviales d’INNOV’IA comportaient de l’hydrogĂšne sulfurĂ© non conforme Ă  la rĂ©glementation. La DREAL prĂ©cise dans son rapport que le sulfure d’hydrogĂšne est mortel par inhalation et trĂšs toxique pour les organismes aquatiques…

Si on ajoute à cela les particules fines générées par les activités de chargement des céréales, on a un cocktail détonnant pour les sportifs.ves et les baigneurs qui transitent par Chef de Baie.

Il est urgent que INNOV’IA innove en matiĂšre de respect de l’environnement. Un recours au pĂ©nal, cette fois, est Ă  l’Ă©tude.

Raymond Bozier

 Communiqué de presse NE RESPIRE[2064]

REQUIEM pour nos pertuis

REQUIEM pour nos pertuis

par Pierre Le Gall

Une grande partie de l’avenir des Pertuis charentais va se jouer en 2019 et 2020 : ILS VONT MOURIR ! C’est l’analyse Ă©tablie par un ocĂ©anographe, spĂ©- cialisĂ© en Biologie et Ecologie littorales, qui a suivi durant plus de 40 ans l’évolution catastrophique de la Baie de Seine jusqu’à un stade proche du cloaque le plus sordide, et qui observe maintenant la mĂȘme Ă©volution se produire sur les pertuis charentais. Non, ce ne sera pas Ă  cause du rĂ©chauffement climatique. Non, ce ne sera pas Ă  cause de la montĂ©e des eaux. Non, ce ne sera pas Ă  cause de la sĂ©cheresse. Ces deux annĂ©es lĂ , les pertuis charentais vont discrĂštement ĂȘtre Ă©touffĂ©s par l’invasion sournoise et incontrĂŽllĂ©e de plus de 1 000 000 m3 de petites particules fines qui n’arriveront pas Ă  se stabiliser sur les fonds marins et qui durant des annĂ©es, circuleront en empĂȘchant que l’indispensable « lumiĂšre source de vie » ne pĂ©nĂštre dans leurs eaux. Finie la vie des algues de nos estrans, finie la vie de notre plancton, finie la vie de nos coquillages et de nos crustacĂ©s, finie la vie de nos poissons et autres animaux marins, finies les baignades dans des eaux claires, finies l’ostrĂ©iculture et la mytiliculture charentaises, finie la pĂȘche dans les pertuis, finie la faste pĂ©riode pour le tourisme littoral. Nos enfants ne connaĂźtront plus toutes les joies offertes par la vie sur les bords d’une mer saine et en bon Ă©tat. POURQUOI ?

REQUIEM pour nos pertuis