Archives de catégorie : GPMLR

polémique autour de la construction d’un centre de traitement des sédiments

La Rochelle : polémique autour de la construction d’un centre de traitement des sédiments

Le port de commerce de La Rochelle veut construire un centre de traitement des sédiments à Chef-de-Baie au pied du pont de l’Île de Ré. Quatre associations environnementales s’opposent à ce projet en mettant en avant les risques de pollution de l’eau rejetée par l’usine.

fr3Lire la suite

 

Le GPM réponds à R.E.S.P.I.R.E

Bonjour tout le monde,

Ci-joint la réponse de Mr Puyrazat ( président du directoire) à notre demande de recours gracieux.

Donc, dès lors où le PPRT a été prescrit tout baigne et il n’y a plus de danger pour les riverains : exit la notion de site Seveso seuil haut !

Donc les intérêts économiques priment sur toute autre chose.

Donc le cadastre a été modifié dans le sens des intérêts privés de Picoty.

Donc: on a la réponse à laquelle on s’attendait.

pdfréponse gpm recours gracieux

DOSSIER PICOTY, suite…

R.E.S.P.I.R.E. vient d’adresser une lettre ouverte à la ministre Ségolène Royal, au secrétaire d’Etat Vidalies, à la Préfète de région, au directeur du Grand Port de Commerce (GPM), ainsi qu’aux membres du conseil de surveillance (document transmis à la presse). Tous ont voté, dans une belle unanimité, une reconduction pour 30 ans de l’Autorisation d’Occupation Temporaire (AOT) du Domaine Public Maritime (DPM) par l’entreprise PICOTY. Et qu’importe que cette activité soit classée SEVESO seuil haut !

Qu’importe aussi que le Plan de Prévention des Risques Technologique ait révélé les dangers mortels de ce site Seveso seuil haut venu s’installer, avec l’accord de l’État, à toute proximité d’un habitat. Le vote des représentants de l’État au conseil de surveillance du GPM, en faveur d’une reconduction pour 30 ans de l’AOT Picoty (alors que celle du site SDLP ne l’a été en 2014 que pour 20 ans !?), ne nous laisse aucune illusion sur le contenu de la prochaine convention. Qu’importe nous aurons pris date.

Voir ci-joint la lettre ouverte adressée aux différents acteurs de ce lamentable abandon de la sureté des populations pour le plus grand bénéfice d’un port de commerce prétendument adepte du développement durable et d’une entreprise privée…

pdfLettre ouverte AOT 6 oct 15

 

Deux ports et des poussières

Les retombées de l’activité céréalière du port de commerce irritent les professionnels du port de pêche de Chef-de-Baie

Des taches rouges, semblables à des brûlures. Partout sur les jambes. Angelica Durand a pris soin d’en faire une photo, de peur de ne pas être prise au sérieux. « Même quand il fait chaud, je suis obligée de mettre des chaussures et des chaussettes. Une fois, je suis même allée chez le médecin tellement j’ étouffais. Maintenant, quand je n’en peux plus, je rentre à la maison. » Depuis près de quinze ans, cette femme de pêcheur recoud des filets, installée dans l’une des cabanes colorées du port de Chef-de-Baie. Son « bureau », à l’air libre, offre une vue imprenable sur la flotte de bateaux. Un avantage et un inconvénient lorsque souffle le Noroît (vent de nord-est) et qu’un cargo s’emplit de céréales, de l’autre côté de la clôture qui enceint le domaine du Grand Port maritime. « Ça fait un nuage blanc qui nous tombe dessus. L’autre jour, j’ai enlevé quatre pelles d’orge ! Ça arrive au minimum une fois par semaine, quelquefois deux ou trois fois. » Bateaux et voitures couverts de poussières, pompes de cale bouchées, sans parler des effets sur la peau? Le sujet irrite aussi les pêcheurs…

pdf  deux-ports-et-des-poussieres