INSPIRA la zone industrialo-portuaire de Salaise – Sablons : la démocratie bafouée

L’agglomération du pays roussillonnais est fortement industrialisée (chimie, nucléaire) et traversée par l’autoroute A7 et la nationale 7. Faut-il rajouter davantage de camions et de sites SEVESO ?

INSPIRA ou comment l’état se moque de l’avis de l’enquête d’utilité publique et de la santé des riverains.

Depuis quelques années, la région Rhône-Alpes, le département de l’Isère et la communauté de commune du pays roussillonnais ont programmé la réalisation d’une zone industrialo-portuaire au bord du canal du Rhône sur les communes de Salaise/Sanne et Sablons.

Ce projet était au départ présenté comme très respectueux de l’environnement (transport de marchandise tri-modal et chimie verte).

Le projet soumis à enquête d’utilité publique en 2018 était très loin de la charte d’origine. Il prévoyait en effet le report du transport fluvial, l’installation d’entreprises « seveso », une augmentation considérable du nombre de camions sur les routes desservant la zone, une consommation d’eau supérieure à celle que peut fournir la nappe phréatique…

L’enquête s’est conclue par un avis négatif des trois commissaires qui l’avait en charge. Cet avis négatif était motivé par le fait que le territoire est déjà soumis à de grosses sources de pollution ( plate forme chimique de Roussillon, Route Nationale 7, Autoroute A7 et pollution urbaine d’une agglomération de 20 000 habitant).

Au lieu de revoir le projet pour rapprocher de la charte d’origine, le préfet a déclaré la zone INSPIRA d’utilité publique. Le commissaire responsable de l’enquête a été radié car jugé trop pointilleux.

Nous, citoyens préoccupés par notre santé et la dégradation de notre cadre de vie demandons que ce projet soit revu pour qu’il devienne respectueux de l’environnement et des habitants des alentours. On peut tout à fait créer des emplois tout en respectant l’environnement et notre santé. Nous demandons également la réintégration du commissaire injustement radié.

Il est paradoxal qu’au moment où un grand débat est organisé dans le pays, l’avis de la population et des experts soient foulé au pied.

Le Club est l’espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n’engagent pas la rédaction.

Simulation d’accident chimique dans l’usine Solvay

VIDÉO – Simulation d’accident chimique dans l’usine Solvay

jeudi 31 janvier 2019 à 6:00 France Bleu La Rochelle

Ce jeudi après-midi, un exercice simulant un accident chimique dans l’usine Solvay aura lieu dans la zone de Chef-de-Baie, à La Rochelle.

La Rochelle, France

Pas de panique si vous entendez des sirènes ou que vous voyez de l’agitation dans la zone de Chef-de-Baie ce jeudi après-midi. De 13 heures à 17 heures, la préfecture de Charente-Maritime organise un exercice grandeur nature autour de l’usine Solvay, à La Rochelle. Un exercice pour vérifier le protocole d’intervention en cas d’accident sur les installations de l’usine et pour expliquer à la population les bons gestes à adopter. 

Les riverains de la zone comprise entre le littoral, l’avenue de Bourgogne, l’avenue Jean Guiton et la rue de Québec pourront participer à l’exercice. 

Le scénario est tenu secret jusqu’au dernier moment mais un accident relatif à la diffusion de produits chimiques dans l’air semble être le plus probable. Solvay est une usine classée Seveso seuil haut, c’est-à-dire qu’elle présente un risque majeur d’accident car elle utilise des produits dangereux. 

Des consignes seront communiquées à la population 

Vers 13 heures, Solvay alertera la préfecture d’un accident dans ses locaux. Les services de l’Etat préviendront la population via les réseaux sociaux. Pour les personnes qui seront dans le périmètre de l’exercice, des consignes leur seront communiquées par téléphone. Il faudra rester confiné chez soi ou sur son lieu de travail et pour ceux qui seront à l’extérieur, il faudra rapidement quitter les lieux. 

Des messages de sécurité seront également diffusés sur le site internet de la préfecture de Charente-Maritime et relayés par les médias. France Bleu La Rochelle et nos confrères de France 3 en font partie. 

Un centre d’accueil sera ouvert

A 15 heures environ, Jean-François Fountaine, le maire de La Rochelle, ouvrira un centre d’accueil à la population. Ce sera à la Bodega Port Neuf du Stade Deflandre, 69 avenue du Maréchal Juin. A l’intérieur, la Croix Rouge fera des démonstrations de gestes de premier secours. 

Lire la suite

https://www.francebleu.fr/infos/societe/simulation-d-accident-chimique-a-solvay-1548852713

Le Journal: A pleins POUMONS

Cher.es ami.es de R.E.S.P.I.R.E., 

veuillez trouver ci-joint en PDF le numéro 14 de « A pleins poumons ».

Ce nouveau bulletin de 12 pages présente la particularité de s’ouvrir à des articles d’ associations environnementales amies : Mat-Ré, Ré Nature Environnement, Nature Environnement 17 et bien sûr R.E.S.P.I.R.E.

Il a été imprimé à 6000 exemplaires et sera diffusé sur les quartiers Ouest de La Rochelle, les marchés de la ville et les villages côtiers de la Baie de L’Aiguillon.

Nous avons donc besoin de votre aide pour en assurer la diffusion.

Le bureau de R.E.S.P.I.R.E. a pris la décision d’organiser une distribution sur Laleu/La Pallice et Port Neuf le jeudi 3 janvier 2019. Si vous disposez d’une ou deux heures à cette date, vous serez les bienvenu.es pour venir nous aider au 73 Chemin des Chirons longs à 14h30. Vous pouvez également passer prendre des exemplaires et les diffuser au moment qui vous conviendra (même adresse + tél. 05 46 43 66 96

Des distributions se tiendront également au marché de La Pallice les dimanches 6 janvier et 13 janvier rue Montréal (face à la médiathèque) à partir de 10h30 et jusqu’aux environs de midi. N’hésitez pas à nous rejoindre, ce sera l’occasion d’échanger avec la population sur nos problèmes environnementaux.

Enfin, sachez que notre assemblée générale se tiendra le vendredi 18 janvier à partir de 18h30 à la salle des fêtes de La Pallice boulevard Delmas.

Le bureau de R.E.S.P.I.R.E. vous souhaite de bonnes fêtes et une belle et heureuse année 2019 

COMMUNIQUÉ DE L’ASSOCIATION R.E.S.P.I.R.E.

N’en jetez plus la coupe est pleine !

BIENTÔT UN STOCKAGE DE GAZ SUR LE SITE AGRO INDUSTRIALO PORTUAIRE DE LA PALLICE ?

Il y a peu R.E.S.P.I.R.E. a été informée par la ville de La Rochelle d’un projet, semble-t-il déjà bien avancé, de distribution de gaz naturel pour l’alimentation des véhicules équipés. Le gaz comprimé sera issu du réseau gaz puis passera dans un compresseur pour un passage de 2 bars à 250 bars. Il sera stocké dans une cuve de 85 mᶾ. Parmi les utilisateurs potentiels : la RTCR, les transporteurs routiers et la Poste.

Le négociant en pétrole Picoty est à la manœuvre. Il a d’ores et déjà pris contact avec la Chambre de Commerce et d’Industrie pour l’implantation de cette station sur un terrain lui appartenant à l’angle de l’avenue de la Repentie et de la départementale qui conduit à l’ Houmeau, tout près du site Seveso Seuil haut SISP/ENVIROCAT. Compte tenu des volumes de gaz, l’activité est soumise à déclaration (demande transmise à la DREAL).

Rappelons qu’il y a déjà 6 sites classés Seveso sur les quartiers ouest de La Rochelle. Boréalis – ammonitrate cf AZF -, Picoty, SDLP, SISP/ENVIROCAT, SDLP Fief de La Repentie, Poitou Charentes Engrais –ammonitrate –, sur Laleu/La Pallice et l’usine Solvay sur PortNeuf. Jusqu’ où ira cette folie ?

Une délégation de R.E.S.P.I.R.E., invitée à une première réunion d’information le 13 décembre, a lu la déclaration suivante puis a quitté la réunion présidée par l’élue municipale Brigitte Desveaux (EELV) qui s’est défendue sur Facebook en déclarant «Ils’agit d’un projet. Permis non déposé, localisation évoquée, terrain non acheté…»Visiblement nous n’avons pas les mêmes informations…

«Le bureau de l’association R.E.S.P.I.R.E. s’est réuni pour débattre de l’annonce de l’implantation d’une station de distribution de gaz naturel véhicule sur La Pallice et de la réunion de présentation.

L’ ensemble des membres du bureau tient à exprimer ici son profond désaccord avec cette implantation, à la fois sur la forme et le fond.

Pour la forme : nous sommes invités à la présentation d’un projet déjà acté. Ce simulacre de démocratie nous révolte. Une fois de plus, la consultation en amont de ce projet (aussi bien des associations que des habitants) n’est pas à l’ordre du jour, même s’il s’agit d’un projet qui risque d’impacter la sécurité et la qualité de vie des habitants du quartier.

Pour le fond : Nous n’avons rien à proprement parler contre la station  GNV elle-même. C’est son implantation dans ce quartier précisément qui nous semble intolérable !En effet, comment peut-on oser ajouter une ICPE dangereuse et probablement destinée à croître, dans un quartier qui comporte déjà trop de sites classés SEVESO seuil haut ? Concentrer des sites dangereux les uns à côté des autres n’est pas acceptable et risque de conduire à un effet domino en cas d’accident.

Mais une fois encore, avec la complicité d’une municipalité dont nous attendions autre chose, les considérations d’ordre économique ont balayé les conditions de vie et de sécurité dans notre quartier.

A partir de ces constatations, notre présence à cette réunion nous semble totalement déplacée, voire nuisible, car elle pourrait donner aux habitants de La Pallice l’impression que nous avions cautionné ce projet. »

Les faux-semblants des agrocarburants

Derrière leur image économique et écologique, les agrocarburants sont en réalité une source importante d’émissions indirectes de gaz à effet de serre. Produits en grande partie à base d’huile de palme et de soja, ces agrocarburants on un impact très important sur la déforestation au niveau mondial.

Alors que la hausse de la fiscalité sur le diesel et l’essence provoque l’incompréhension et la colère que l’on sait, certains sont tentés de présenter ces carburants, produits à partir de matériaux organiques tels que le colza ou l’huile de palme, comme une solution miracle, économique et écologique.

Il faut dire qu’outre l’image verte dont ils bénéficient, ces carburants présentent l’avantage d’être très bon marché. Le bioéthanol coûte ainsi 50 à 60 centimes d’euros le litre à la pompe, soit trois fois moins que l’essence classique.

https://www.franceculture.fr/emissions/les-nouvelles-de-leco/les-nouvelles-de-leco-du-mercredi-21-novembre-2018

Rassemblement Eco-citoyens pour Sensibiliser Protéger Inciter au Respect de l’ Environnement

%d blogueurs aiment cette page :