Pour importer plus de soja et de pesticides, le port de La Rochelle veut racler les fonds marins

Afin de «rester compétitif», le port de la Rochelle veut augmenter son tonnage, quitte à racler le fond de l’océan pour pouvoir importer toujours plus de produits forestiers, de tourteaux de soja, d’engrais et de pesticides.

  • La Rochelle (Charente-Maritime), correspondance

Devenir un territoire «zéro carbone» : c’est l’ambition proclamée par la ville de La Rochelle et son agglomération, qui a été retenue l’an passé parmi les lauréats de l’appel à projets national Territoires d’innovation. Selon la ville de La Rochelle, «130 partenaires publics et privés sont engagés dans cet ambitieux projet humain et urbain qui vise à apporter des réponses concrètes au changement climatique en améliorant la qualité de vie des citoyens».

Or, au même moment, Port Atlantique La Rochelle, le port de commerce de La Rochelle, s’est lancé dans un vaste projet, dont les conséquences environnementales suscitent réserves et oppositions, sans entraver pour l’heure la détermination des opérateurs. Son nom de code : «Port Horizon 2025». Les responsables du port de La Rochelle misent sur un fort accroissement du transport maritime d’ici 2040, et la nécessité, «pour rester compétitif», d’accueillir des navires de plus en plus gros, pour lancer un programme d’extension du port évalué à plus de 80 millions d’euros. Il s’agit notamment de considérables travaux de dragage et de déroctage — ce qui consiste à briser à l’explosif les rocs encombrant des fonds marins — afin d’approfondir les espaces maritimes du port et son chenal d’accès : 550.000 m3 de vases à draguer et 700.000 m3 de matériaux à dérocter.

Lire la suite

https://reporterre.net/Pour-importer-plus-de-soja-et-de-pesticides-le-Port-de-La-Rochelle-veut-racler-les-fonds-marins?utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=nl_quotidienne

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.