Archives de catégorie : Seveso

La future loi travail va-t-elle aggraver le risque de catastrophes industrielles majeures ?

La future loi travail va-t-elle aggraver le risque de catastrophes industrielles majeures ?

« Un accident comme celui d’AZF est toujours possible », rappellent ceux qui travaillent au sein de sites industriels classés « Seveso », considérés comme très dangereux pour les salariés et l’environnement en cas d’accidents. La pression de la rentabilité, la perte des savoir-faire, le recours à la sous-traitance massive font peser une menace sur la sécurité de tous. Peu, voire pas formés, les salariés sous-traitants accomplissent les tâches les plus difficiles et les plus dangereuses, mettant leur santé en péril et risquant les accidents les plus graves. Cette sous-traitance permet cependant aux grandes entreprises de se défausser de leurs responsabilités. La situation ne va pas s’améliorer avec la future loi travail qui prévoit la fin des instances spécialisées en matière de santé et de sécurité et une restriction du « droit d’alerte » des salariés. Décryptage.

Lire la suite (Bastamag _Nolwenn Weiler)

 

COMMISSION DE SUIVI DE SITE

COMMISSION DE SUIVI DE SITE SDLP/PICOTY

Questions / réponses

La CSS s’est tenue le jeudi 23 mars de 10h à 13h en préfecture. L’ordre du jour comportait les points suivants : Présentation du bilan 2016 de l’inspection des installations classée ; Bilan 2016 des exploitants Picoty / Sdlp ; Point plan de prévention des risques technologiques (PPRT) ; Point pollution accidentelle du 31 janvier sur le site Picoty. Le résumé qui suit rend compte des réponses apportées aux questions (préparées en réunion de bureau) de R.E.S.P.I.R.E. Pour tout supplément d’information ou éclaircissement, merci de nous contacter…

A noter que la  DREAL a évacué les questions de sûreté de son bilan 2016. Ce qui a valu la protestation suivante de RESPIRE : « La sûreté concerne en premier lieu les riverains des sites. Cette occultation, au prétexte de l’état d’urgence, ne devrait pas avoir lieu au sein de la CSS. Elle contrevient aux recommandations de SEVESO 3 sur la nécessité d’information des populations. En cas de détails sensibles les présents sont tout à fait capables d’observer un droit de réserve. » Continuer la lecture de COMMISSION DE SUIVI DE SITE

Fuite d’hydrocarbures à La Rochelle : où en est-on ?

Fuite d’hydrocarbures à La Rochelle : où en est-on ?

 

Une pollution des sols aux hydrocarbures a été détectée le 30 janvier par la société Picoty, implantée dans le quartier de la Pallice. Le point

Lundi 30 janvier, une pollution des sols aux hydrocarbures était détectée par la société Picoty (dépôt pétrolier), dans le quartier de la Pallice, à La Rochelle. L’information avait été rendue publique la semaine suivante, le 7 février précisément. Qu’en est-il trois semaines après la découverte de cette fuite de carburant ? « Sud Ouest » fait le point.

De combien de litres d’essence parle-t-on ?

Il s’agit d’une infiltration dans les sols de 250 000 litres d’essence (250 mètres cubes de sans-plomb 95), soit l’équivalent du contenu de plus de sept gros camions citernes.

Lire la suite(Sud-Ouest)

Picoty : pollution de la nappe phréatique

La Rochelle : la pollution de la nappe phréatique confirmée après la fuite de carburant chez Picoty

Le 30 janvier dernier, une fuite sur une canalisation du dépôt pétrolier Picoty de La Rochelle a provoqué une pollution de la nappe phréatoque et des puits des habitations alentour. L’incident n’a été rendu public qu’une semaine après les faits et depuis les analyses sont quotidiennes.

Par Christine Hinckel

Les prélèvements quotidiens confirment que la pollution de l’eau persiste dans la nappe phréatique et les puits. Elle est importante au plus près de la fuite et significative en limite du site

Voir la suite

COMMUNIQUÉ DE L’ASSOCIATION R.E.S.P.I.R.E.

   COMMUNIQUÉ DE L’ASSOCIATION R.E.S.P.I.R.E.

Notre association vient d’apprendre ce 8 février 2017, par la presse, qu’une fuite de carburant a été détectée le 30 janvier sur une canalisation enterrée de la société Picoty. Cet accident qui va endommager un peu plus le sous-sol et la nappe phréatique nous conduit à faire les observations suivantes :

Une fois de plus les riverains premiers concernés par la présence d’un site classé Seveso seuil haut, auront été les derniers à être informés, si tant est qu’ils lisent ou entendent la presse. En plus, il aura fallu près de 9 jours pour que la préfecture daigne communiquer sur le sujet. C’est proprement scandaleux mais tout à fait conforme à la manière dont cette dernière à traité notre association lors des discussions sur le plan de prévention des risques technologiques.

La société PICOTY s’est bien gardée également de nous informer de quoi que ce soit, elle qui a toujours prétendu que tout était sous contrôle et que les riverains n’avaient rien à craindre.  Continuer la lecture de COMMUNIQUÉ DE L’ASSOCIATION R.E.S.P.I.R.E.