Archives par mot-clé : Articles de presse

Pollution à La Rochelle : les élus n’ont pas digéré la conduite de Picoty

Pollution à La Rochelle : les élus n’ont pas digéré la conduite de Picoty

Une pollution aux hydrocarbures a été détectée le 30 janvier. Les élus ont été informés une semaine après. « Intolérable » pour Jean-Marc Soubeste

Jean-François Fountaine, le maire de La Rochelle, n’a toujours pas digéré de ne pas avoir été informé avant le soir du 6 février de l’importante pollution aux hydrocarbures survenue le 30 janvier dernier sur le site Picoty dans le quartier de la Pallice.

La population et les riverains n’ont appris l’existence de la fuite d’essence (256 mètres cubes déversés dans le sol et le sous-sol du quartier) que le surlendemain, le 8 février, par un article de « Sud Ouest » à la suite d’un lapidaire communiqué de la préfecture envoyé aux médias dans la soirée du 7 février. Une communication pour le moins tardive qui est aussi restée en travers de la gorge des conseillers municipaux de La Rochelle.

Lire la suite( Sud-Ouest)

Fuite d’hydrocarbures à La Rochelle : où en est-on ?

Fuite d’hydrocarbures à La Rochelle : où en est-on ?

 

Une pollution des sols aux hydrocarbures a été détectée le 30 janvier par la société Picoty, implantée dans le quartier de la Pallice. Le point

Lundi 30 janvier, une pollution des sols aux hydrocarbures était détectée par la société Picoty (dépôt pétrolier), dans le quartier de la Pallice, à La Rochelle. L’information avait été rendue publique la semaine suivante, le 7 février précisément. Qu’en est-il trois semaines après la découverte de cette fuite de carburant ? « Sud Ouest » fait le point.

De combien de litres d’essence parle-t-on ?

Il s’agit d’une infiltration dans les sols de 250 000 litres d’essence (250 mètres cubes de sans-plomb 95), soit l’équivalent du contenu de plus de sept gros camions citernes.

Lire la suite(Sud-Ouest)

Un exemple de pollution massive

L’insoutenable pollution de l’air par le transport maritime

 

Picoty : pollution de la nappe phréatique

La Rochelle : la pollution de la nappe phréatique confirmée après la fuite de carburant chez Picoty

Le 30 janvier dernier, une fuite sur une canalisation du dépôt pétrolier Picoty de La Rochelle a provoqué une pollution de la nappe phréatoque et des puits des habitations alentour. L’incident n’a été rendu public qu’une semaine après les faits et depuis les analyses sont quotidiennes.

Par Christine Hinckel

Les prélèvements quotidiens confirment que la pollution de l’eau persiste dans la nappe phréatique et les puits. Elle est importante au plus près de la fuite et significative en limite du site

Voir la suite

Hydrocarbure La Rochelle?

Une fuite d’essence est survenue le 30 janvier sur le site pétrolier Picoty. Les services de l’État ont attendu plus d’une semaine avant de communiquer. Pourquoi ?

Pour dire que la tension remonte, encore aurait-il fallu qu’elle soit descendue. Depuis hier, les relations entre la société pétrolière Picoty et son voisinage se sont sans doute dégradées encore un peu plus. Autant pour les faits, une fuite d’essence – sans-plomb 95 pour être précis – dans une canalisation enterrée reliant les nouveaux bacs aux camions de chargement (notre édition d’hier), qu’en raison de la manière dont ils ont été présentés au public, huit jours après l’incident. Pour l’association Respire, qui s’oppose depuis 2009 à l’extension du site, finalement autorisée, c’est la goutte d’essence qui fait déborder la cuve. « Encore une fois, les riverains, les premiers concernés par la présence d’un site Seveso seuil haut [site présentant un risque d’accidents majeurs] sous leurs fenêtres, sont les derniers informés », s’agace Raymond Bozier, porte-parole de l’association, dont la création même fut provoquée par l’absence de communication de la part de l’industriel et des pouvoirs publics au sujet de problèmes d’odeurs de pétrole émanant des cuves.