Archives par mot-clé : Enquêtes publiques

avis enquête publique

Un avis enquête publique aura lieu du 01 mars au 31 mars 2016

Concernant Equiom ex: Holcim ex ciments La Rochelle.

Voir document joint

logo_gauche  avis_enquête

 

 

A noter que Mat’Ré organise une réunion sur le sujet le 27 Fevrier 2016

COMMUNIQUE DE PRESSE
L’Association MAT-Ré (« Mer Air Terre » – île de Ré) organise une réunion publique le samedi 27 février 2016 à 10 heures salle de réunion de la Mairie de La Flotte au sujet de l’enquête publique concernant la cimenterie La Rochelle-Ré EQIOM (ex-HOLCIM) et qui se déroulera du 1er au 31 mars 2016. La population concernée est invité à donner son avis sur les registres prévus à cet effet en mairie de La Rochelle ou de Laleu ou directement au commissaire-enquêteur ou sur le site de la préfecture de Charente-Maritime. Ce projet confirme l’existence de 4 Tours de grande hauteur et reprend les éléments du projet HOLCIM : 2 tours restent donc à construire dont l’une plus volumineuse que les 3 autres et la production annuelle autorisée serait de 1.3 millions de tonnes de ciment. Nous exposerons les arguments développés par nos ingénieurs-conseils qui fragilisent ce projet tant en terme de pollutions (visuelle, sonore, atmosphérique, marine) qu’en terme de destruction d’emplois par un mécanisme de délocalisation de la production avec importation de clinker et de laitiers (produits de dégradation de la sidérurgie) avec fermeture des cimenteries alentour.
Frédéric Jacq
Président de l’association MAT-Ré
www.nub71.com

 

 

 

Respire saisit le tribunal administratif

L’association ne veut pas de quatre cuves supplémentaires d’hydrocarbures.

map-dbbbf49e0c60.jpg

Respire sur tous les fronts. Après avoir largement alimenté l’enquête publique sur le PPRT (Plan de prévention des risques technologiques) Picoty/SDLP, l’association attaque en justice l’autorisation délivrée par la préfecture à la société Picoty pour l’exploitation de quatre nouvelles cuves d’hydrocarbures rue de Béthencourt.

Lire la suite (Sud Ouest)

3 800 contre les cuves

3 800 contre les cuves

La pétition de Respire a recueilli 3 800 signatures pour le recul des cuves d’hydrocarbures.

Nathalie Le Mitouard et Pascale Martineau ont déposé les signatures à la mairie de La Rochelle.

Exif_JPEG_PICTUREHier après-midi, Pascale Martineau et Nathalie Le Mitouard, membres du bureau de l’association Respire, ont déposé à la mairie les signatures recueillies après le lancement de la pétition demandant le recul des cuves de stockage d’hydrocarbures à la Pallice.

Lire la suite (Sud-ouest)

Signez la pétition « La Rochelle Seveso : Picoty doit reculer ses cuves ! »

➽ Votre souris a du pouvoir

Vous aussi, signez la pétition lancée par RESPIRE pour dire NON au projet de Plan de Prévention des Risques Technologiques (PPRT) PICOTY/SDLP imposé par la Préfecture de Charente-Maritime, et pour exiger le recul des cuves !

SIGNER LA PÉTITION

RESPIRE-PPRT1 (1)

fne3La Rochelle Seveso : Picoty doit reculer ses cuves

L’association Respire demande que des cuves d’hydrocarbures soient déplacées. Pour que les riverains puissent vivre en sécurité, signez leur pétition.

Les plans de prévention des risques technologiques (PPRT) autour des usines les plus dangereuses (usines classées Seveso seuil haut) sont en voie d’accélération avec 60%  d’approuvés et un objectif  de 75% d’approuvés fin 2013. Pour autant, les premiers réalisés ont été les plus faciles et ceux qui restent sont souvent complexes. Partout émerge une préoccupation commune des riverains et des associations : obtenir un maximum de réduction des risques à la source, au sein même de l’usine afin de limiter les impacts lourds sur les riverains. Inversement l’industriel fait toujours valoir  que les coûts sont trop élevés en évoquant le fameux  » économiquement acceptable « .

FNE a toujours plaidé pour aller plus loin sur cette réduction des coûts à la source car elle garantit mieux la sécurité. Aussi, elle vous propose à titre d’exemple, de signer la pétition mise en ligne par l’association Respire de La Rochelle. Les riverains sont confrontés à un PPRT avec des cuves de stockage d’hydrocarbures à 20-30 m des premières maisons. Ils demandent leur recul, ce qui nous paraît d’autant plus raisonnable que des terrains sont disponibles.