Archives par mot-clé : GNL

Des essais sur route démontrent que les camions au gaz sont jusqu’à 5 fois plus nocifs pour la pollution de l’air

Les camions circulant au gaz naturel liquéfié (GNL) polluent l’air jusqu’à 5 fois plus que les camions diesel, conformément aux essais sur route sollicités par le gouvernement des Pays-Bas. Les résultats vont à l’encontre des déclarations des fabricants de camions, indiquant que les camions à gaz diminuent les émissions de NOx de plus de 30 % [1] [2]. Transport & Environnement (T&E), qui publie aujourd’hui les résultats de l’essai, demande aux gouvernements de l’UE d’arrêter d’encourager l’acquisition de camions GNL en mettant fin aux taux d’imposition extrêmement bas dont bénéficie le secteur du gaz fossile dans la plupart des pays.

Lire TRANSPORT & ENVIRONMENT

L’Europe doit utiliser la révision de la Directive des infrastructures pour carburants alternatifs, la réforme de la Directive des taxes sur les énergies et son nouveau programme de recherche, Horizon Europe, pour aider à décarboner le transport routier. En particulier, les investissements doivent se diriger vers les technologies avec zéro émission d’échappement, telles que les batteries électriques, les caténaires et l’hydrogène. Les niveaux d’imposition du gaz dans le transport doivent être augmentés. En outre, la preuve que le gaz utilisé dans le transport ne mérite pas de dépenses ou d’aides publiques est claire, et exige une modification importante des politiques publiques.

BIENTÔT UN STOCKAGE DE GAZ SUR LE SITE AGRO INDUSTRIALO PORTUAIRE DE LA PALLICE

BIENTÔT UN STOCKAGE DE GAZ SUR LE SITE AGRO INDUSTRIALO PORTUAIRE DE LA PALLICE

Il faut arrêter d’accumuler des activités dangereuses sur les quartiers Ouest de La Rochelle

Début décembre 2018, R.E.S.P.I.R.E. a été informée par la ville de La Rochelle d’un projet, déjà bien avancé, de distribution de gaz naturel pour l’alimentation des véhicules équipés. Le gaz comprimé sera issu du réseau gaz puis passera dans un compresseur pour un passage de 2 bars à 250 bars. Il sera stocké dans une cuve de 85mᶾ. Parmi les utilisateurs potentiels: la RTCR, les transporteurs routiers, la Poste Le négociant en pétrole Picoty est à la manœuvre. Il s’est porté acquéreur d’un terrain, appartenant à la Chambre de commerce et d’industrie, situé à l’angle de l’avenue de la Repentie et de la départementale qui conduit à l’Houmeau.

Rappelons qu’il y a déjà 6 sites classés Seveso sur les quartiers ouest de La Rochelle. BOREALIS (engrais), PICOTY et SDLP (pétrole), SISP/ENVIROCAT, SDLP Fief de La Repentie (pétrole), POITOU CHARENTES ENGRAIS (engrais), sur Laleu/La Pallice et sur Port Neuf l’usine Solvay. Jusqu’où ira cette folie?

Une délégation de R.E.S.P.I.R.E. s’est rendue à une première réunion d’information (à laquelle étaient également conviés le comité de quartier et des transporteurs intéressés par le projet) présidée par l’élue municipale Brigitte Desveaux (EELV), le 13 décembre. La délégation y a lu une déclaration dénonçant fermement cette nouvelle implantation dangereuse sur La Pallice (voir l’intégralité de la déclaration publiée le 15 décembre 2018 sur le site ( http://association-respire-la-rochelle.org/ ). & ( http://association-respire-la-rochelle.org/communique-de-lassociation-r-e-s-p-i-r-e-3/ )

Une seconde réunion, ouverte au public cette fois, s’est tenue début février 2019 à la salle des associations de Laleu. Etrangement la presse locale n’en a pas été informée… Ci-après le résumé de R.E.S.P.I.R.E :

«Début février, s’est tenue une réunion à la salle des fêtes de Laleu sur le projet d’installation d’une station de gaz naturel pour véhicules à l’intersection des rues Marcel Deflandre et Repentie. Il y avait du beau linge. Le maire était là, les adjointes Desveaux et Gargoulleau, ainsi qu’un aréopage d’entrepreneurs : Picoty, ça va de soi, mais aussi le port, des camionneurs.

Réunion pas mal agitée. Plusieurs membres de RESPIRE sont intervenus. Nous avons rappelé nos positions :

Pas d’opposition de principe à l’usage du gaz naturel pour les véhicules, mais il y a assez de sites dangereux sur La Pallice. Il faut arrêter d’en ajouter un de plus.

Compte tenu de la proximité de ces sites dangereux, les risques d’effets dominos en cas d’accident industriel sont à craindre. Nous demandons à ce que le principe de précaution s’applique.

La localisation de cette station va accroître l’engorgement routier de la rocade.

Dénonciation de l’entre soi entre les industriels, le port et les collectivités locales (CDA, mairie) qui décident préalablement entre elles et informent ensuite la population : soit un simulacre de démocratie puisque tout est déjà décidé.

Pour terminer R.E.S.P.I.R.E. a demandé que cette station de gaz soit installée sur une zone hors habitations.

Le maire et son adjointe Brigitte Desveaux (ardente propagandiste du projet d’installation) ont tenté vainement de circonscrire le débat à la réduction des gaz à effet de serre, alors même que nous avions précisé dès le départ de nos interventions que nous étions favorables à l’usage du gaz naturel pour les véhicules de la régie des transports et les camions.

En fin de réunion, le maire a annoncé qu’il allait se donner un mois et demi pour chercher un nouveau terrain. Mais si aucun n’est trouvé, alors il donnera son accord pour le permis de construire à l’endroit prévu par le négociant en pétrole Picoty (une entreprise décidément très influente sur La Rochelle! ). Autant dire que l’affaire est pliée d’avance et que la station s’installera là où tout ce beau monde a déjà décidé. L’expérience des cuves Picoty nous a appris à ne pas faire confiance à la parole de cet élu…

Le bureau de R.E.S.P.I.R.E. 1er Mars 2019