Archives par mot-clé : Industrie

LETTRE OUVERTE A MONSIEUR LE PRÉFET DE CHARENTE-MARITIME

 

1er Mars 2017

LETTRE  OUVERTE  A MONSIEUR  LE PRÉFET  DE  CHARENTE-MARITIME


Le 30 Janvier dernier la société des essences PICOTY a informé vos services qu’une fuite d’essence SP95 provenant d’une canalisation souterraine reliant une cuve au poste de dépotage camions, s’était répandue dans le sous-sol du site industriel et probablement au-delà de ce dernier étant donné l’importance du volume écoulé. A cet égard, sachant que l’industriel effectue des bilans matière tous les 10 jours, on peut raisonnablement penser que ladite fuite s’est déclenchée avant le 30 Janvier.

Le 31 Janvier les services de la DREAL ont inspecté le site puis mis en place, en concertation avec l’industriel, les mesures d’urgence s’imposant.

Ce n’est cependant qu’à partir du 7 Février, soit 8 jours plus tard, que vous avez jugé bon d’informer la Mairie de La Rochelle, la CDA et la population, du moins pour ceux d’entre elle qui lisent la presse, de cet accident  affectant, rappelons-le, un site classé SEVESO seuil haut. Continuer la lecture de LETTRE OUVERTE A MONSIEUR LE PRÉFET DE CHARENTE-MARITIME

Incroyable: Un site SEVESO, en roue libre !!!

Synthron : le PDG et l’usine de produits chimiques condamnés à des amendes et à une interdiction de gérer la société

Par Xavier Louvel, France Bleu Touraine et France Bleu

Le tribunal correctionnel de Tours a condamné ce jeudi Synthron, l’entreprise de produits chimiques d’Auzouer-en-Touraine, à une amende pour non-respect des normes environnementales et du code du travail. Son PDG Robert Moor a également été reconnu coupable pour la première fois.

Lire la suite (france bleu)

Mat-Ré se mobilise pour la nouvelle enquête publique

Ré à la Hune a recueilli les arguments de Frédéric Jacq, président de Mat-Ré, et les explications de Ahmed Mansouri, responsable d’exploitation d’Eqiom La Rochelle

La réunion du 27 février 2016, organisée par Mat-Ré à la salle de la mairie de La Flotte, a réuni adhérents, sympathisants, et représentants de l’association RESPIRE, qui suivent attentivement l’évolution du Grand Port de la Pallice.

Une nouvelle enquête publique du 1er mars au 31 mars 2016

Entouré par le bureau de Mat-Ré, le président Frédéric Jacq, a fait le point de la situation juridique sur les recours et appels en cours. Resituant l’enjeu de cette deuxième enquête publique sur la demande présentée par la société Eqiom pour l’exploitation d’un centre de broyage, à l’anse Saint-Marc, au sein du Grand Port Maritime, Frédéric Jacq a invité tous les membres et sympathisants à informer et mobiliser autour d’eux. Le commissaire enquêteur désigné pour cette nouvelle enquête publique est une Flottaise.

Lire la suite (Ré à la Hune)

Les entreprises riveraines des sites Seveso pourront échapper aux obligations de travaux


Les entreprises riveraines des sites Seveso pourront échapper aux obligations de travaux

La nouvelle ordonnance relative aux PPRT va permettre aux entreprises situées dans le périmètre des sites Seveso concernés d’échapper à des mesures d’expropriation ou à des obligations de travaux déstabilisantes.
23 15:50:45/10/2015 –
Lire l’actu

© Actu-Environnement

À Mme Ségolène Royal

3Logo-RespireLa Rochelle : 9 septembre 2015
M. Raymond Bozier
Co-président association R.E.S.P.I.R.E.
À
Mme Ségolène Royal
Ministre de l’écologie et du développement durable

Objet : Votre réponse au courrier du sénateur J.V. Placé, 5 juin 2015 (réf. CP/A15004203-d15008082) – AOT et PPRT Picoty/Sdlp.
Madame la Ministre,

Notre association a pris connaissance avec attention de votre réponse au courrier du sénateur J.V. Placé en date du 5 février 2015 et portant sur la si-tuation des riverains des dépôts d’hydrocarbures liquides PICOTY sis à La Rochelle. Cette réponse nous déçoit profondément pour les raisons suivantes.

Tout d’abord parce qu’en justifiant le PPRT Picoty/Sdlp, elle entre en con-tradiction avec la position du conseil régional Poitou-Charentes qui a voté contre. Or vous en étiez à cette époque la Présidente…

De la même façon, lors de la dernière campagne des législatives, vous aviez apporté un appui très clair à notre demande de suppression des 7 cuves de la société Picoty les plus proches des habitations. Vous aviez même alors écrit à Madame la préfète de La Charente-Maritime.

Par ailleurs, toujours en votre qualité de Présidente de région, vous avez – au contraire de la CDA de La Rochelle, du Conseil général et de l’Etat – refusé de financer l’installation de doubles coques sur 4 cuves en construction de la société Picoty SA.

La conclusion de votre courrier : « Dans ces conditions, la priorité me paraît être la mise en œuvre du PPRT tel qu’approuvé afin d’assurer au plus vite la protection des populations et de préserver les conditions de poursuite de l’activité économique de l’entreprise tout en permettant une desserte perfor-mante de la région centre ouest en produits pétroliers raffinés. » nous laisse tout aussi pantois.

D’une part parce que le PPRT Picoty/Sdlp indique qu’en cas d’accident les populations riveraines resteront exposées à une cinétique rapide. D’autre part, parce que les cuves d’hydrocarbures Picoty/Sdlp se trouvent pour l’essentiel sur le domaine public maritime et que l’Etat en autorisant systéma-tiquement le renouvellement des Autorisations d’Occupation Temporaire (AOT) contribue au maintien du danger pour les populations riveraines. En-fin parce que les cuves dont nous demandons la suppression, représentent seulement 80 000m3 sur les 240 000 dont dispose la société Picoty SA (est-il besoin de vous rappeler que le marchand a obtenu une autorisation d’exploitation de 43 000m3 supplémentaires et qu’il dispose d’un terrain à proximité en capacité d’accueillir un stockage de 80 000m3 ?). « L’intérêt su-périeur de la distribution du pétrole pour le grand Ouest » importerait-il plus que la sûreté des populations riveraines, l’économie primerait-elle sur tout ?

Madame la Ministre, le conseil de surveillance du port de commerce de La Rochelle, où siègent des représentants de l’Etat, a donné un avis favorable à une reconduction limitée à 8 années (alors que, soit dit en passant, les rive-rains en zones de délaissement, de prescription et de recommandation, ne disposent, eux, que de 5 années pour réaliser les travaux de mise en sécurité partielle de leurs demeures !) pour les cuves Picoty les plus proches des habi-tations et 30 années pour les autres. C’est beaucoup trop quand on sait à quoi sont exposées les populations. Il faut réparer les erreurs du passé et commencer à enclencher de manière significative une politique d’éloignement du danger.

Si rien n’est encore signé pour ce qui concerne l’AOT, il est plus que pro-bable que le directeur du port suivra l’avis de son conseil de surveillance. Nous pourrions admettre pour notre part une limitation à 5 années (temps plus que nécessaire pour en construire de nouvelle hors habitations) pour les 7 cuves les plus proches des habitations.

Comptant toujours sur vos soutiens, nous vous prions d’agréer Madame la Ministre l’expression de nos salutations respectueuses.

logoroyal_aright1courrier A Mme Ségolène Royal 09.09.2015