Archives par mot-clé : Industrie

À Mme Ségolène Royal

3Logo-RespireLa Rochelle : 9 septembre 2015
M. Raymond Bozier
Co-président association R.E.S.P.I.R.E.

À
Mme Ségolène Royal
Ministre de l’écologie et du développement durable

Objet : Votre réponse au courrier du sénateur J.V. Placé, 5 juin 2015 (réf. CP/A15004203-d15008082) – AOT et PPRT Picoty/Sdlp.
Madame la Ministre,

Notre association a pris connaissance avec attention de votre réponse au courrier du sénateur J.V. Placé en date du 5 février 2015 et portant sur la situation des riverains des dépôts d’hydrocarbures liquides PICOTY sis à La Rochelle. Cette réponse nous déçoit profondément pour les raisons suivantes.

Tout d’abord parce qu’en justifiant le PPRT Picoty/Sdlp, elle entre en contradiction avec la position du conseil régional Poitou-Charentes qui a voté contre. Or vous en étiez à cette époque la Présidente…

De la même façon, lors de la dernière campagne des législatives, vous aviez apporté un appui très clair à notre demande de suppression des 7 cuves de la société Picoty les plus proches des habitations. Vous aviez même alors écrit à Madame la préfète de La Charente-Maritime.

Par ailleurs, toujours en votre qualité de Présidente de région, vous avez – au contraire de la C.D.A de La Rochelle, du Conseil général et de l’Etat – refusé de financer l’installation de doubles coques sur 4 cuves en construction de la société Picoty SA.

La conclusion de votre courrier : « Dans ces conditions, la priorité me paraît être la mise en œuvre du PPRT tel qu’approuvé afin d’assurer au plus vite la protection des populations et de préserver les conditions de poursuite de l’activité économique de l’entreprise tout en permettant une desserte performante de la région centre ouest en produits pétroliers raffinés. » nous laisse tout aussi pantois.

D’une part parce que le PPRT Picoty/Sdlp indique qu’en cas d’accident les populations riveraines resteront exposées à une cinétique rapide. D’autre part, parce que les cuves d’hydrocarbures Picoty/Sdlp se trouvent pour l’essentiel sur le domaine public maritime et que L’État en autorisant systématiquement le renouvellement des Autorisations d’Occupation Temporaire (AOT) contribue au maintien du danger pour les populations riveraines. En-fin parce que les cuves dont nous demandons la suppression, représentent seulement 80 000m3 sur les 240 000 dont dispose la société Picoty SA (est-il besoin de vous rappeler que le marchand a obtenu une autorisation d’exploitation de 43 000m3 supplémentaires et qu’il dispose d’un terrain à proximité en capacité d’accueillir un stockage de 80 000m3 ?). « L’intérêt supérieur de la distribution du pétrole pour le grand Ouest » importerait-il plus que la sûreté des populations riveraines, l’économie primerait-elle sur tout ?

Madame la Ministre, le conseil de surveillance du port de commerce de La Rochelle, où siègent des représentants de L’État, a donné un avis favorable à une reconduction limitée à 8 années (alors que, soit dit en passant, les riverains en zones de délaissement, de prescription et de recommandation, ne disposent, eux, que de 5 années pour réaliser les travaux de mise en sécurité partielle de leurs demeures !) pour les cuves Picoty les plus proches des habitations et 30 années pour les autres. C’est beaucoup trop quand on sait à quoi sont exposées les populations. Il faut réparer les erreurs du passé et commencer à enclencher de manière significative une politique d’éloignement du danger.

Si rien n’est encore signé pour ce qui concerne l’AOT, il est plus que probable que le directeur du port suivra l’avis de son conseil de surveillance. Nous pourrions admettre pour notre part une limitation à 5 années (temps plus que nécessaire pour en construire de nouvelle hors habitations) pour les 7 cuves les plus proches des habitations.

Comptant toujours sur vos soutiens, nous vous prions d’agréer Madame la Ministre l’expression de nos salutations respectueuses.

logoroyal_aright1courrier A Mme Ségolène Royal 09.09.2015

 

La vulnérabilité des sites Seveso passée au crible d’ici fin septembre

La vulnérabilité des sites Seveso passée au crible d’ici fin septembre

Les exploitants d’établissements Seveso doivent analyser la vulnérabilité de leur site avant fin septembre. Couplées à une campagne d’inspection, ces analyses pourraient déboucher sur un renforcement de la réglementation anti-intrusion.

20 14:36:09/07/2015 –
Lire l’actu

© Actu-Environnement

Directive Seveso 3 : ce qui change au 1er juin 2015


Directive Seveso 3 : ce qui change au 1er juin 2015

Une échéance importante pour les industriels. Elle marque l’entrée en application de la directive Seveso 3 mais aussi du règlement CLP et des différents textes de transposition rendus nécessaires.

12 16:38:24/05/2015 –
Lire l’actu

© Actu-Environnement

Les Riverains dindons de la prévention

La loi Bachelot de 2003 oblige les particuliers propriétaires à proximité de sites à risques à effectuer des travaux qui pourraient s’avérer inutiles si les industriels ne réduisent pas drastiquement le danger à la source.

une ordonnance pour satisfaire les entreprises riveraines  À l’inverse des particuliers riverains de sites Seveso, les entreprises proches de ces sites à risques sont en passe d’obtenir gain de cause auprès du ministère de l’Écologie. Ce dernier devrait rapidement prendre une ordonnance pour soulager celles-ci de leurs obligations de mise en sécurité de leurs locaux et personnels.

Lire la Suite Christophe Deroubaix Lundi, 30 Mars, 2015L’Humanité

 

Atmo: le bulletin du 12Fevrier 2015 !!

pdf2015-02-12_Bulletin_quotidien
pdf2015-02-13_Bulletin_quotidien
pdf2015-03-11_Bulletin_quotidien

 

Point vertVoir aussi

Super