Archives par mot-clé : Pétrolier

DOSSIER PICOTY, suite…

R.E.S.P.I.R.E. vient d’adresser une lettre ouverte à la ministre Ségolène Royal, au secrétaire d’Etat Vidalies, à la Préfète de région, au directeur du Grand Port de Commerce (GPM), ainsi qu’aux membres du conseil de surveillance (document transmis à la presse). Tous ont voté, dans une belle unanimité, une reconduction pour 30 ans de l’Autorisation d’Occupation Temporaire (AOT) du Domaine Public Maritime (DPM) par l’entreprise PICOTY. Et qu’importe que cette activité soit classée SEVESO seuil haut !

Qu’importe aussi que le Plan de Prévention des Risques Technologique ait révélé les dangers mortels de ce site Seveso seuil haut venu s’installer, avec l’accord de l’État, à toute proximité d’un habitat. Le vote des représentants de l’État au conseil de surveillance du GPM, en faveur d’une reconduction pour 30 ans de l’AOT Picoty (alors que celle du site SDLP ne l’a été en 2014 que pour 20 ans !?), ne nous laisse aucune illusion sur le contenu de la prochaine convention. Qu’importe nous aurons pris date.

Voir ci-joint la lettre ouverte adressée aux différents acteurs de ce lamentable abandon de la sureté des populations pour le plus grand bénéfice d’un port de commerce prétendument adepte du développement durable et d’une entreprise privée…

pdfLettre ouverte AOT 6 oct 15

 

À Mme Ségolène Royal

3Logo-RespireLa Rochelle : 9 septembre 2015
M. Raymond Bozier
Co-président association R.E.S.P.I.R.E.
À
Mme Ségolène Royal
Ministre de l’écologie et du développement durable

Objet : Votre réponse au courrier du sénateur J.V. Placé, 5 juin 2015 (réf. CP/A15004203-d15008082) – AOT et PPRT Picoty/Sdlp.
Madame la Ministre,

Notre association a pris connaissance avec attention de votre réponse au courrier du sénateur J.V. Placé en date du 5 février 2015 et portant sur la si-tuation des riverains des dépôts d’hydrocarbures liquides PICOTY sis à La Rochelle. Cette réponse nous déçoit profondément pour les raisons suivantes.

Tout d’abord parce qu’en justifiant le PPRT Picoty/Sdlp, elle entre en con-tradiction avec la position du conseil régional Poitou-Charentes qui a voté contre. Or vous en étiez à cette époque la Présidente…

De la même façon, lors de la dernière campagne des législatives, vous aviez apporté un appui très clair à notre demande de suppression des 7 cuves de la société Picoty les plus proches des habitations. Vous aviez même alors écrit à Madame la préfète de La Charente-Maritime.

Par ailleurs, toujours en votre qualité de Présidente de région, vous avez – au contraire de la CDA de La Rochelle, du Conseil général et de l’Etat – refusé de financer l’installation de doubles coques sur 4 cuves en construction de la société Picoty SA.

La conclusion de votre courrier : « Dans ces conditions, la priorité me paraît être la mise en œuvre du PPRT tel qu’approuvé afin d’assurer au plus vite la protection des populations et de préserver les conditions de poursuite de l’activité économique de l’entreprise tout en permettant une desserte perfor-mante de la région centre ouest en produits pétroliers raffinés. » nous laisse tout aussi pantois.

D’une part parce que le PPRT Picoty/Sdlp indique qu’en cas d’accident les populations riveraines resteront exposées à une cinétique rapide. D’autre part, parce que les cuves d’hydrocarbures Picoty/Sdlp se trouvent pour l’essentiel sur le domaine public maritime et que l’Etat en autorisant systéma-tiquement le renouvellement des Autorisations d’Occupation Temporaire (AOT) contribue au maintien du danger pour les populations riveraines. En-fin parce que les cuves dont nous demandons la suppression, représentent seulement 80 000m3 sur les 240 000 dont dispose la société Picoty SA (est-il besoin de vous rappeler que le marchand a obtenu une autorisation d’exploitation de 43 000m3 supplémentaires et qu’il dispose d’un terrain à proximité en capacité d’accueillir un stockage de 80 000m3 ?). « L’intérêt su-périeur de la distribution du pétrole pour le grand Ouest » importerait-il plus que la sûreté des populations riveraines, l’économie primerait-elle sur tout ?

Madame la Ministre, le conseil de surveillance du port de commerce de La Rochelle, où siègent des représentants de l’Etat, a donné un avis favorable à une reconduction limitée à 8 années (alors que, soit dit en passant, les rive-rains en zones de délaissement, de prescription et de recommandation, ne disposent, eux, que de 5 années pour réaliser les travaux de mise en sécurité partielle de leurs demeures !) pour les cuves Picoty les plus proches des habi-tations et 30 années pour les autres. C’est beaucoup trop quand on sait à quoi sont exposées les populations. Il faut réparer les erreurs du passé et commencer à enclencher de manière significative une politique d’éloignement du danger.

Si rien n’est encore signé pour ce qui concerne l’AOT, il est plus que pro-bable que le directeur du port suivra l’avis de son conseil de surveillance. Nous pourrions admettre pour notre part une limitation à 5 années (temps plus que nécessaire pour en construire de nouvelle hors habitations) pour les 7 cuves les plus proches des habitations.

Comptant toujours sur vos soutiens, nous vous prions d’agréer Madame la Ministre l’expression de nos salutations respectueuses.

logoroyal_aright1courrier A Mme Ségolène Royal 09.09.2015

 

AOT des cuves Picoty : le Député demande une prorogation de courte durée

Fin décembre, au cours d’une rencontre avec une délégation de R.E.S.P.I.R.E., le député Falorni avait promis de poser une question orale sans débat (QOSD) à l’Assemblée Nationale sur la suppression, dans le cadre du renouvellement de l’autorisation d’occupation temporaire du domaine public maritime, de 7 cuves Picoty. Cette mesure permettrait d’éliminer toute zone de délaissement, d’après une étude de l’INERIS, et réduirait l’exposition des habitations aux risques létaux. Ci-après l’intervention tout à fait juste du député et la réponse du secrétaire d’Etat aux transports Vidalies.

Comme à l’habitude pour ce qui concerne les PPRT, le secrétaire d’Etat a utilisé la langue de bois pour répondre au député. Il semble, par ailleurs, ignorer combien les débats au sein de la commission de suivi de site (CSS) ont été calamiteux, combien aussi les riverains, pourtant enjeux principaux du PPRT, y sont sous-représentés. Quant à l’avis favorable de la commission d’enquête, nous avons démontré combien cette avis tenait de la fumisterie, voire même du scandale puisque tout a été fait pour minorer les avis défavorables de la population. 
Le Secrétaire d’Etat laisse également penser que le retrait de 7 cuves (83000m3) pourrait mettre en cause l’emploi chez Picoty, alors qu’il y a un peu moins d’une trentaine de salariés sur le site de La Rochelle. Le marchand de pétrole ayant d’ores et déjà accru ses capacités de stockage de 43000m3 (4 cuves supplémentaires) et disposant de terrains où transférer les 7 cuves litigieuses (soit 83000m3), ne serait nullement mis en péril par la suppression de 7 cuves. Enfin, le secrétaire d’Etat s’est bien gardé de répondre à la question des travaux, pour la habitants en zones de délaissement et de prescription, excédant les 10% de la valeur vénale des maisons. On le comprend tant il est absurde, pour ne pas dire idiot, de déclarer aux habitants que tout ce qui excède les 10% est à classer en recommandation et non plus en obligation…

Risques industriels : la directive Seveso 3 transposée en droit français

Risques industriels : la directive Seveso 3 transposée en droit français

Les deux principaux textes réglementaires de transposition de la directive Seveso 3 sont parus. A la clé ? Des changements de régime et de prescriptions pour les ICPE mettant en œuvre des substances dangereuses.

05 17:42:40/03/2014 –
Lire l’actu

© Actu-Environnement