Archives par mot-clé : Pollutions

Agrocarburants

Tom Greenwood / Oxfam

Les agrocarburants (aussi appelés, de manière quelque peu trompeuse pour le grand public, « biocarburants ») sont des carburants produits à partir de matières premières agricoles.
Il s’agit soit d’agrodiesels issus d’oléagineux (palme, soja, tournesol, colza, jatropha…) soit d’éthanols à base de céréales (maïs, blé…), de betterave ou de canne de sucre. Les premiers sont incorporés dans le diesel tandis que les seconds sont mélangés à l’essence.

Depuis 2009, l’Union européenne a fixé un objectif contraignant à l’ensemble de ses Etats membres : d’ici à 2020, 20% de l’énergie consommée en Europe devra provenir de sources renouvelables. Oxfam soutient cet objectif ambitieux qui permet de lutter contre le changement climatique.
Dans le secteur des transports, 10% de l’énergie doit provenir de sources renouvelable d’ici à 2020. Mais dans les faits, cela se traduit à 90% par l’incorporation d’agrocarburants dans les carburants traditionnels, et c’est là que la politique européenne de « promotion des énergies renouvelables » pose problème.

En plus d’être nocif sur le plan environnemental, le soutien aux agrocarburants a un impact extrêmement négatif sur le droit à l’alimentation.

https://oxfamfrance.org/nos-actions/droit-lalimentation/agrocarburants

Communiqué de presse

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Des associations Ré Nature Environnement, Nature Environnement 17, Mat-Ré, R.E.S.P.I.R.E.

Mercredi 7 février 2018, le Grand Port Maritime a présenté publiquement à l’Encan les principaux éléments de son projet de « Port horizon 2025 » ainsi que les modalités de concertation avec les populations civiles qu’il souhaite mettre en place avec l’aide de la Commission Nationale du Débat Public (CNDP).

Les associations Ré Nature Environnement, NE17, Mat-Ré, R.E.S.P.I.R.E. estiment aujourd’hui que les modalités choisies par le Grand Port, ressemblent à celles qui ont cours en matière d’enquête publique. Elles ne permettront pas de donner l’amplitude nécessaire à un vrai débat public.

Les réunions prévues – les 21 février à Rivedoux-plage, 2 mars dans le hall de la CDA et 7 mars dans le hall de la maison du port – ne ressemblent en aucune manière à ce qu’on appelle un débat public. Elles ne sont en fait que de simples rencontres en tête-à-tête avec des représentants du port. Les horaires programmés – 14h à 18h – sont tout aussi contestables puisqu’ils excluent de fait les gens qui travaillent. Des réunions publiques en soirées, ouvertes à tous et toutes, auraient été le gage de vrais échanges publics. L’opportunité de la réunion de quartier de Laleu, La Pallice, La Rossignolette, du 17 mars – maison des associations de Laleu – ne suffira pas à combler ces défauts majeurs. La forme de dialogue choisie par le Grand Port Maritime et la CNDP risque, in fine, de se révéler aussi peu constructive que la plupart des enquêtes publiques.

Nos associations déplorent également l’amalgame fait des 4 grands projets portuaires en un seul programme pour l’enquête publique. L’importance des projets de dragage (500 000 m3) et de déroctage (700 000 m3) auraient du faire l’objet d’une démarche spécifique en raison de l’importance de leurs impacts potentiels directs et indirects sur les milieux et le fonctionnement des habitats marins des pertuis charentais.

La Rochelle le 19 février 2018.

Communiqué de presse rencontres publiques-2

Sommation pour le Grand Port

Lire la suite (Sud ouest)(par Philippe BAROUX)

Photo XAVIER LEOTY

 Réunion-publique Sud-ouest-port

VŒUX 2018

Nos meilleurs vœux à nos nombreux Adhérents et nos nombreux Lecteurs

 

Adhésion à RESPIRE

Merci de renouveler votre cotisation 2018

Pollution sur La Rochelle

Il fait vraiment bon respirer sur La Pallice en ce moment !

 

La Rochelle : 4 décembre 2017 M. Raymond Bozier Président Assoc. R.E.S.P.I.R.E. 73, Chemin des Chirons longs

17000 La Rochelle

À

M. le Directeur des dépôts PICOTY Picoty SA

6, rue de Béthencourt 17000 La Rochelle

Objet : Odeurs d’hydrocarbures sur le quartier de La Pallice

Monsieur le directeur,

Une très forte et entêtante odeur d’hydrocarbure a flotté durant toute la journée du samedi 2 décembre 2017 sur le quartier de La Pallice.

Une réunion s’est tenue le même jour à l’atelier Terra Amata, situé à environ 250 mètres des dépôts d’hydrocarbures. Les participants incommodés par l’intensité de cette pollution olfactive et connaissant mon engagement au sein de l’association R.E.S.P.I.R.E., m’ont fait parvenir une pétition improvisée (voir copie jointe à ce courrier).

D’autres habitants m’ont également signalé la puanteur d’essence régnant sur notre secteur. J’en ai moi-même été le témoin, au point d’en être aussi très incommodé.

Les émanations d’hydrocarbure sont fréquentes sur le quartier, mais celle-ci a dépassé en intensité et en durée les précédentes.

Notre association et les personnes pétitionnaires seraient très intéressées à connaître votre avis sur ce nouvel épisode de pollution de l’air. Y-a-t-il eu ce jour-là une activité ou un incident particuliers sur votre dépôt ?

En l’attente de votre réponse, je vous prie d’agréer, Monsieur, mes salutations distinguées.