Archives par mot-clé : PORT HORIZON 2025

La Rochelle : un recours en préparation contre le projet Port Horizon 2025

Par Alain Babaud
Publié le 24/10/2020

Les associations Nature Environnement 17, Respire, Ré Nature Environnement et Mat-Ré ont décidé de contester en justice l’arrêté préfectoral.

Quatre associations locales ont décidé (les délibérations ont été prises) d’unir leurs efforts pour contrecarrer le projet Port Horizon 2025 que porte le Grand Port maritime de La Rochelle (Charente-Maritime) et qui passe par de gros travaux « d’amélioration des accès nautiques ».

Lire la Suite SUD OUEST Port Horizon 2025

Pour importer plus de soja et de pesticides, le port de La Rochelle veut racler les fonds marins

Afin de «rester compétitif», le port de la Rochelle veut augmenter son tonnage, quitte à racler le fond de l’océan pour pouvoir importer toujours plus de produits forestiers, de tourteaux de soja, d’engrais et de pesticides.

  • La Rochelle (Charente-Maritime), correspondance

Devenir un territoire «zéro carbone» : c’est l’ambition proclamée par la ville de La Rochelle et son agglomération, qui a été retenue l’an passé parmi les lauréats de l’appel à projets national Territoires d’innovation. Selon la ville de La Rochelle, «130 partenaires publics et privés sont engagés dans cet ambitieux projet humain et urbain qui vise à apporter des réponses concrètes au changement climatique en améliorant la qualité de vie des citoyens».

Or, au même moment, Port Atlantique La Rochelle, le port de commerce de La Rochelle, s’est lancé dans un vaste projet, dont les conséquences environnementales suscitent réserves et oppositions, sans entraver pour l’heure la détermination des opérateurs. Son nom de code : «Port Horizon 2025». Les responsables du port de La Rochelle misent sur un fort accroissement du transport maritime d’ici 2040, et la nécessité, «pour rester compétitif», d’accueillir des navires de plus en plus gros, pour lancer un programme d’extension du port évalué à plus de 80 millions d’euros. Il s’agit notamment de considérables travaux de dragage et de déroctage — ce qui consiste à briser à l’explosif les rocs encombrant des fonds marins — afin d’approfondir les espaces maritimes du port et son chenal d’accès : 550.000 m3 de vases à draguer et 700.000 m3 de matériaux à dérocter.

Lire la suite

https://reporterre.net/Pour-importer-plus-de-soja-et-de-pesticides-le-Port-de-La-Rochelle-veut-racler-les-fonds-marins?utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=nl_quotidienne

Escale au terminal de l’isoloir

Municipales à La Rochelle : le Grand Port maritime, un enjeu dans le scrutin

Lire SUD-OUEST du 5/3/2020 https://www.sudouest.fr/2020/03/05/escale-au-terminal-de-l-isoloir-7280626-1391.php

UN AVIS DÉFAVORABLE AU PROJET PORT HORIZON 2025 DE LA ROCHELLE

Le CNPN (Conseil National de la Protection de la Nature) réuni en séance le 11 juillet 2019 a donné un avis défavorable au projet Port horizon 2025 (voir document ci-joint). Rénové par la loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 relative à la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, le CNPN est l’instance d’expertise scientifique et technique, compétente en matière de protection de la biodiversité et plus particulièrement de protection des espèces, des habitats, de la géodiversité et des écosystèmes.Il est composé de 60 membres (30 titulaires, 30 suppléants) retenus à la suite d’un appel à candidatures et nommés pour 5 ans par arrêté ministériel, avec une représentativité significative de spécialistes de la biodiversité ultramarine. Ces experts interdisciplinaires et indépendants : sont reconnus pour leurs travaux, leurs connaissances scientifiques ou techniques dans les domaines des sciences de la vie et de la terre ainsi que des sciences humaines et sociales.

L’aménagement de 35 ha de terres pleins sur la zone de la Repentie et l’approfondissement des accès nautiques
s’inscrivent dans le périmètre du Port Atlantique de La Rochelle en rénovation. Après débat, le caractère impératif
d’intérêt public majeur est démontré de manière satisfaisante par le pétitionnaire au moment de l’examen du
dossier.
Le CNPN estime que les états initiaux et inventaires dans le périmètre des travaux sont correctement menés du
côté terrestre.
Les sites terrestres sont fortement artificialisés et correspondent à des installations portuaires régulièrement
« chahutées », ce qui n’empêche pas la présence de l’Odontite de Jaubert, seule plante protégée et l’absence de
groupements végétaux remarquables et protégés. En revanche, la présence de la faune protégée est liée à la
situation particulière du site de La Rochelle sur la voie de migration atlantique et la proximité d’estrans vaseux et
sableux dont plusieurs bénéficient de classement Natura 2000 et/ou réserves naturelles au nord, au sud et à l’ouest
du site aménagé.