Archives par mot-clé : Information

Sites Seveso : la France insuffisamment préparée aux risques industriels

La France, et donc les Pays de la Loire sont insuffisamment préparés aux risques industriels, c’est ce qui ressort d’une commission d’enquête menée par les sénateurs après l’incendie de l’usine Lubizol classée « Seveso Seuil Haut » !

Par Christophe Turgis Publié le 25/11/2019 à 17:53

« On a su passer du tocsin à la sirène au début du XIXe siècle. Je pense qu’au XXIe siècle, il faut que nous passions au cell broadcast, c’est-à-dire à l’alerte de la population par téléphone portable », a relevé le préfet de Normandie Pierre-André Durand devant la commission d’enquête du Sénat sur l’incendie de l’usine Lubrizol classée Seveso Seuil Haut.


https://france3-regions.francetvinfo.fr/pays-de-la-loire/sites-seveso-france-insuffisamment-preparee-aux-risques-industriels-1754467.html

Et pour La Rochelle çà se passe comment?

Vidéo. La Rochelle : l’incendie de l’usine Lubrizol, un sujet brûlant pour l’association Respire

L’association Respire, qui rassemble des habitants de la Pallice et Laleu voisins des sites Seveso, fêtera samedi son 10e anniversaire, alors que l’incendie de l’usine Lubrizol à Rouen est au cœur de l’actualité.

Voilà dix ans que Respire (Rassemblement d’écocitoyens pour sensibiliser, protéger et inciter au respect de leur environnement) porte la voix des habitants de la Pallice et de Laleu voire jusqu’à Chef-de-Baie, voisins des sites classés Seveso. Inutile de dire que la catastrophe qui touche actuellement les Rouennais redonne du souffle, s’il en manquait, à son président, Raymond Bozier.

L’anniversaire de Respire coïncide avec une actualité qui ne doit pas vous laisser indifférent.

Raymond Bozier Bien sûr, ça nous interroge puisqu’on est dans un secteur disposant de sept sites Seveso seuil haut, où la question de l’effet « domino » est toujours évacuée par les autorités…

Sud-Ouest

Port Atlantique La Rochelle : un océanographe alerte sur les risques des futurs travaux

Port Atlantique La Rochelle : un océanographe alerte sur les risques des futurs travaux

L’océanographe rétais Pierre Le Gall alerte sur les risques que ferait peser sur le milieu un nouveau déroctage de grande ampleur au port de commerce.

« Je ne suis pas en position d’attaque, je suis un lanceur d’alerte. J’alerte sur quelque chose qui va se produire à 99 % de chances », prévient Pierre Le Gall. Le secrétaire général de l’association Ré nature environnement a récemment adressé un courrier aux maires des dix communes de l’île, mais aussi à l’État et aux professionnels de la mer pour les informer des conséquences qu’auraient, selon lui, les grands projets d’aménagements annoncés en début d’année par le Grand Port maritime de La Rochelle entre 2019 et 2025. En particulier le dragage et le déroctage…

Lire la suite sur Sud-Ouest

les pertuis charentais

L’avenir du Grand Port de La Rochelle et ses impacts sur les autres activités maritimes dans les pertuis charentais

 

Dossier préparé par LE GALL Pierre Secrétaire général de Ré Nature Environnement Chercheur retraité de l’Enseignement Universitaire Diplômé en Océanographie Physique et Biologique Spécialisé en Biologie et Écologie littorales 25 ans de gestion d’un Laboratoire Maritime (14 530 – LUC SUR MER)

Le 30 avril 2018
Dès le 24/01/2018, le journal Sud-Ouest, sous la plume de Philippe BAROUX, s’est largement fait l’écho des projets du Port Atlantique de La Rochelle pour les années 2019 à 2025. Il s’agit d’un projet de 80 millions d’Euros HT qui vise à « préserver la compétitivité du port » face à l’augmentation prévisible de la taille moyenne des navires et à la nécessité de rationaliser l’usage des dernières surfaces foncières disponibles. Ce projet se décompose en 4 opérations complémentaires :
1 – la création d’un nouveau terminal à Chef de Baie 4 (pour y recevoir de la pâte à papier sud-américaine) avec construction d’un quai de 250 mètres,
2 – l’accroissement du terminal de l’Anse Saint-Marc avec un nouveau quai de 250 mètres pour desservir en direct un terre-plein de 4 hectares pour la manutention de colis lourds (éoliennes),
3 – l’aménagement des 35 hectares du site de La Repentie,
4 – l’augmentation des profondeurs des accès et des pieds de quais (souilles).
Ce quatrième volet nous préoccupe beaucoup car c’est de loin celui qui présente le plus de risques d’impacts négatifs au regard du fonctionnement et de l’environnement des pertuis charentais. Cette dernière opération consiste en un dragage préparatoire de 550 000 mètres cubes de vases anciennes, donc susceptibles de contenir des polluants bien connus dans la Baie de La Rochelle, suivi du « déroctage » de 700 000 mètres cubes de roches constituées de 2/3 de calcaires durs (470 000 m3) et de 1/3 de marnes molles (230 000 m3) afin de pouvoir mieux accueillir des bateaux de 14 m de tirant d’eau. Les étapes de ce dernier projet sont planifiées en deux temps : des études préliminaires jusqu’a mi 2019, puis les travaux en 2019 et 2020.
Les responsables du Grand Port Maritime annoncent bien entendu que le respect de l’environnement

    Lire , Faire lire, Diffuser, Divulguer,

   Texte 2018-Pierre Legall

Innov’ia condamnée pour pollution des eaux

La Rochelle : Innov’ia condamnée pour pollution des eaux

Publié le . Mis à jour par Eric Chauveau.

La société Innov’ia, basée à Chef-de-Baie, a pollué les eaux pluviales par des rejets. Les associations Respire et Nature Environnement 17 avaient saisi le tribunal d’instance.

La récente condamnation pour pollution par le tribunal d’instance de La Rochelle de la société Innov’ia, basée à Chef-de-Baie, alarme. En cause, en octobre 2016, le rejet dans le réseau communal d’eaux pluviales d’une quantité anormale d’hydrogène sulfuré. D’autant que ce « gaz aux propriétés irritantes et asphyxiantes, dont les effets sont identiques à ceux observés pour le cyanure […] », dit le jugement en citant un rapport de la Dréal (Direction régionale de l’environnement…

https://www.sudouest.fr/2018/06/13/innov-ia-a-pollue-les-eaux-pluviales-par-des-rejets-5140188-1391.php

  Inno’via (S.O)