Nuisances sonores du « grainoduc » de la SICA Atlantique

« Nuisances sonores du « grainoduc » de la SICA Atlantique – Point sur l’état des lieux »

La Rochelle, le 21 mars 2019
Lors de la réunion de dialogue qui s’était tenue le 11 septembre dernier en présence de riverains, du Comité de quartier de Laleu, de l’association Respire, des représentants de la Mairie, du Port, et de l’Union Maritime, SICA Atlantique et RBL-REI installateur du « grainoduc » ont établi un diagnostic et présenté les préconisations faites pour atténuer les émissions sonores de l’outil.
Depuis, plusieurs types de rouleaux anti-bruit (cylindricité améliorée et revêtement caoutchouc intérieur pour atténuer les vibrations et l’effet de résonnance) ont été testés entre les 05/10/2018 et 28/01/2019 afin de retenir le type le plus efficace.
Bien que des améliorations notables aient été constatées lors des mesures faites lors des essais, sur au moins deux types de rouleaux par rapport à ceux actuellement en service, RBL-REI a estimé, sur la base des modélisations de propagation du bruit réalisées par Alfacoustic, que le changement de l’ensemble des rouleaux par des rouleaux de ces types ne constituerait pas à lui seul la solution complète à la réduction des émissions sonores.
RBL-REI a donc proposé d’associer aux rouleaux anti-bruit testés, la mise en place d’une isolation phonique « piège à son » à l’intérieur des capots existants et de rajouter des panneaux verticaux également capteurs de sons de chaque côté des convoyeurs.
Cette association qui a été testée entre le 05/02 et le 08/02/19, a permis une amélioration mais elle ne permet toujours pas de garantir la réduction des nuisances sonores à un niveau satisfaisant

C’est pire que ce que l’on pensait

Pollution de l’air : 8,8 millions de morts par an dans le monde, c’est pire que ce que l’on pensait

Une nouvelle étude, publiée ce mardi, assure que les conséquences de la pollution de l’air pourraient être deux fois pire que ce qui était admis jusque-là.

La pollution de l’air tue, on le savait déjà. Mais une étude publiée dans la revue European Heart Journal révèle que l’ampleur du phénomène pourrait être bien pire que ce que l’on pensait. Celle-ci pourrait être deux fois plus meurtrière que ce que la communauté scientifique admettait jusque-là : elle provoquerait ainsi 8,8 millions de morts par an dans le monde, dont 67.000 en France. Et 40 et 80% de ces décès prématurés seraient dus à des maladies cardiovasculaires, estiment les chercheurs

« Cela veut dire que la pollution de l’air fait plus de morts chaque année que le tabac, responsable de 7,2 millions de décès en 2015 selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS) », a affirmé l’un des auteurs, le professeur Thomas Münzel, de l’université de Mayence (Allemagne). « On peut éviter de fumer, mais on ne peut pas éviter d’être soumis à un air pollué », a-t-il ajouté.

Lire la suite_SUD-OUEST

SUD-OUEST

SUD-OUEST autre

BIENTÔT UN STOCKAGE DE GAZ SUR LE SITE AGRO INDUSTRIALO PORTUAIRE DE LA PALLICE

BIENTÔT UN STOCKAGE DE GAZ SUR LE SITE AGRO INDUSTRIALO PORTUAIRE DE LA PALLICE

Il faut arrêter d’accumuler des activités dangereuses sur les quartiers Ouest de La Rochelle

Début décembre 2018, R.E.S.P.I.R.E. a été informée par la ville de La Rochelle d’un projet, déjà bien avancé, de distribution de gaz naturel pour l’alimentation des véhicules équipés. Le gaz comprimé sera issu du réseau gaz puis passera dans un compresseur pour un passage de 2 bars à 250 bars. Il sera stocké dans une cuve de 85mᶾ. Parmi les utilisateurs potentiels: la RTCR, les transporteurs routiers, la Poste Le négociant en pétrole Picoty est à la manœuvre. Il s’est porté acquéreur d’un terrain, appartenant à la Chambre de commerce et d’industrie, situé à l’angle de l’avenue de la Repentie et de la départementale qui conduit à l’Houmeau.

Rappelons qu’il y a déjà 6 sites classés Seveso sur les quartiers ouest de La Rochelle. BOREALIS (engrais), PICOTY et SDLP (pétrole), SISP/ENVIROCAT, SDLP Fief de La Repentie (pétrole), POITOU CHARENTES ENGRAIS (engrais), sur Laleu/La Pallice et sur Port Neuf l’usine Solvay. Jusqu’où ira cette folie?

Une délégation de R.E.S.P.I.R.E. s’est rendue à une première réunion d’information (à laquelle étaient également conviés le comité de quartier et des transporteurs intéressés par le projet) présidée par l’élue municipale Brigitte Desveaux (EELV), le 13 décembre. La délégation y a lu une déclaration dénonçant fermement cette nouvelle implantation dangereuse sur La Pallice (voir l’intégralité de la déclaration publiée le 15 décembre 2018 sur le site ( http://association-respire-la-rochelle.org/ ). & ( http://association-respire-la-rochelle.org/communique-de-lassociation-r-e-s-p-i-r-e-3/ )

Une seconde réunion, ouverte au public cette fois, s’est tenue début février 2019 à la salle des associations de Laleu. Etrangement la presse locale n’en a pas été informée… Ci-après le résumé de R.E.S.P.I.R.E :

«Début février, s’est tenue une réunion à la salle des fêtes de Laleu sur le projet d’installation d’une station de gaz naturel pour véhicules à l’intersection des rues Marcel Deflandre et Repentie. Il y avait du beau linge. Le maire était là, les adjointes Desveaux et Gargoulleau, ainsi qu’un aréopage d’entrepreneurs : Picoty, ça va de soi, mais aussi le port, des camionneurs.

Réunion pas mal agitée. Plusieurs membres de RESPIRE sont intervenus. Nous avons rappelé nos positions :

Pas d’opposition de principe à l’usage du gaz naturel pour les véhicules, mais il y a assez de sites dangereux sur La Pallice. Il faut arrêter d’en ajouter un de plus.

Compte tenu de la proximité de ces sites dangereux, les risques d’effets dominos en cas d’accident industriel sont à craindre. Nous demandons à ce que le principe de précaution s’applique.

La localisation de cette station va accroître l’engorgement routier de la rocade.

Dénonciation de l’entre soi entre les industriels, le port et les collectivités locales (CDA, mairie) qui décident préalablement entre elles et informent ensuite la population : soit un simulacre de démocratie puisque tout est déjà décidé.

Pour terminer R.E.S.P.I.R.E. a demandé que cette station de gaz soit installée sur une zone hors habitations.

Le maire et son adjointe Brigitte Desveaux (ardente propagandiste du projet d’installation) ont tenté vainement de circonscrire le débat à la réduction des gaz à effet de serre, alors même que nous avions précisé dès le départ de nos interventions que nous étions favorables à l’usage du gaz naturel pour les véhicules de la régie des transports et les camions.

En fin de réunion, le maire a annoncé qu’il allait se donner un mois et demi pour chercher un nouveau terrain. Mais si aucun n’est trouvé, alors il donnera son accord pour le permis de construire à l’endroit prévu par le négociant en pétrole Picoty (une entreprise décidément très influente sur La Rochelle! ). Autant dire que l’affaire est pliée d’avance et que la station s’installera là où tout ce beau monde a déjà décidé. L’expérience des cuves Picoty nous a appris à ne pas faire confiance à la parole de cet élu…

Le bureau de R.E.S.P.I.R.E. 1er Mars 2019

INSPIRA la zone industrialo-portuaire de Salaise – Sablons : la démocratie bafouée

L’agglomération du pays roussillonnais est fortement industrialisée (chimie, nucléaire) et traversée par l’autoroute A7 et la nationale 7. Faut-il rajouter davantage de camions et de sites SEVESO ?

INSPIRA ou comment l’état se moque de l’avis de l’enquête d’utilité publique et de la santé des riverains.

Depuis quelques années, la région Rhône-Alpes, le département de l’Isère et la communauté de commune du pays roussillonnais ont programmé la réalisation d’une zone industrialo-portuaire au bord du canal du Rhône sur les communes de Salaise/Sanne et Sablons.

Ce projet était au départ présenté comme très respectueux de l’environnement (transport de marchandise tri-modal et chimie verte).

Le projet soumis à enquête d’utilité publique en 2018 était très loin de la charte d’origine. Il prévoyait en effet le report du transport fluvial, l’installation d’entreprises « seveso », une augmentation considérable du nombre de camions sur les routes desservant la zone, une consommation d’eau supérieure à celle que peut fournir la nappe phréatique…

L’enquête s’est conclue par un avis négatif des trois commissaires qui l’avait en charge. Cet avis négatif était motivé par le fait que le territoire est déjà soumis à de grosses sources de pollution ( plate forme chimique de Roussillon, Route Nationale 7, Autoroute A7 et pollution urbaine d’une agglomération de 20 000 habitant).

Au lieu de revoir le projet pour rapprocher de la charte d’origine, le préfet a déclaré la zone INSPIRA d’utilité publique. Le commissaire responsable de l’enquête a été radié car jugé trop pointilleux.

Nous, citoyens préoccupés par notre santé et la dégradation de notre cadre de vie demandons que ce projet soit revu pour qu’il devienne respectueux de l’environnement et des habitants des alentours. On peut tout à fait créer des emplois tout en respectant l’environnement et notre santé. Nous demandons également la réintégration du commissaire injustement radié.

Il est paradoxal qu’au moment où un grand débat est organisé dans le pays, l’avis de la population et des experts soient foulé au pied.

Le Club est l’espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n’engagent pas la rédaction.

Simulation d’accident chimique dans l’usine Solvay

VIDÉO – Simulation d’accident chimique dans l’usine Solvay

jeudi 31 janvier 2019 à 6:00 France Bleu La Rochelle

Ce jeudi après-midi, un exercice simulant un accident chimique dans l’usine Solvay aura lieu dans la zone de Chef-de-Baie, à La Rochelle.

La Rochelle, France

Pas de panique si vous entendez des sirènes ou que vous voyez de l’agitation dans la zone de Chef-de-Baie ce jeudi après-midi. De 13 heures à 17 heures, la préfecture de Charente-Maritime organise un exercice grandeur nature autour de l’usine Solvay, à La Rochelle. Un exercice pour vérifier le protocole d’intervention en cas d’accident sur les installations de l’usine et pour expliquer à la population les bons gestes à adopter. 

Les riverains de la zone comprise entre le littoral, l’avenue de Bourgogne, l’avenue Jean Guiton et la rue de Québec pourront participer à l’exercice. 

Le scénario est tenu secret jusqu’au dernier moment mais un accident relatif à la diffusion de produits chimiques dans l’air semble être le plus probable. Solvay est une usine classée Seveso seuil haut, c’est-à-dire qu’elle présente un risque majeur d’accident car elle utilise des produits dangereux. 

Des consignes seront communiquées à la population 

Vers 13 heures, Solvay alertera la préfecture d’un accident dans ses locaux. Les services de l’Etat préviendront la population via les réseaux sociaux. Pour les personnes qui seront dans le périmètre de l’exercice, des consignes leur seront communiquées par téléphone. Il faudra rester confiné chez soi ou sur son lieu de travail et pour ceux qui seront à l’extérieur, il faudra rapidement quitter les lieux. 

Des messages de sécurité seront également diffusés sur le site internet de la préfecture de Charente-Maritime et relayés par les médias. France Bleu La Rochelle et nos confrères de France 3 en font partie. 

Un centre d’accueil sera ouvert

A 15 heures environ, Jean-François Fountaine, le maire de La Rochelle, ouvrira un centre d’accueil à la population. Ce sera à la Bodega Port Neuf du Stade Deflandre, 69 avenue du Maréchal Juin. A l’intérieur, la Croix Rouge fera des démonstrations de gestes de premier secours. 

Lire la suite

https://www.francebleu.fr/infos/societe/simulation-d-accident-chimique-a-solvay-1548852713

Rassemblement d’ Eco-citoyens

%d blogueurs aiment cette page :